quelle essence

Quelle essence de bois pour quel usage?

Dans cet article, nous vous décrivons avec notre regard de professionnel du bois de nombreuses essences de bois pour vous aider à faire des choix pertinents pour votre mobilier, pour aménager votre logement ou pour faire de la construction.

Découvrez les essences de bois européens, exotiques ainsi que les essences de bois rares, classées par ordre alphabétique.
Ce tableau est destiné à vous donner les applications pratiques de chaque essence de bois. Le sujet est vaste et la rubrique continuera à évoluer.

Vous avez remarqué que certaines essences d’arbres regroupent des usages similaires et des caractéristiques proches. De ce fait, pour sélectionner le bois le plus approprié à votre projet, nous vous conseillons de vous orienter vers un professionnel du bois qui saura vous expliquer toutes les subtilités concernant telle ou telle essence de bois.

Essence de boisDescriptionCaractéristiques (Teintes, dureté, durabilité,...)Usages

Acajou




acajou
Le bois d'acajou d'Afrique appartient à la famille des méliacées qui regroupent près de 600 espèces de plantes et d'arbres. Originaire d'Afrique tropicale, ce bois d'acajou est moyennement durable et nécessite un traitement préalable de conservation, notamment à cause de sa sensibilité aux termites. Le bois d'acajou d'Afrique est de couleur brun rouge. Sa poussière peut causer des démangeaisons donc il est important de porter des protections appropriées lors de son travail.Teintes Rouges caractéristiques.
Vire au noir avec le temps. Leger et tendre Afrique
Menuiserie intérieure et extérieure, la confection de meubles et la charpente légère.

Bouleau



bouleau
Le bouleau est très répandu en France puisqu'il représente 1 % des arbres présents dans les forêts. Cette essence de bois n'est pas durable et nécessite toujours un traitement pour la protéger des nuisibles et lui permettre de résister dans le temps. De ce fait, le bouleau est fortement déconseillé pour un usage extérieur. Néanmoins, le bois de bouleau est très apprécié pour la confection de meubles, car il possède un grain fin et uniforme ainsi que dans le cadre de la menuiserie intérieure, car il est d'une grande élasticité et facile à travailler.ois blanchâtre à reflets bruns ou rosés.
Densité : 0,60 à 0,70.
Dureté : mi-dur.

Europe et Asie
Meubles
panneaux de contreplaqué
Châtaigner

chataignier
Le châtaigner a une croissance rapide puisqu'il parvient à maturité en 25 ans, soit 4 fois plus vite que le chêne. Très répandu en France, le bois de châtaigner est un bois durable qui résiste aux nuisibles et aux intempéries. Considéré comme un bois souple et facile à travailler par les artisans du bois, le châtaigner est un choix judicieux pour la fabrication de meubles ou de lames de parquet par exemple. Particulièrement adapté à un usage extérieur, il peut également être utilisé en intérieur, ce qui en fait un bois de premier choix.ois jaune fauve à brun clair,
avec parfois des nuances de gris ou de rosé.
Densité : 0,55 à 0,75.
Dureté : mi-dur.

Europe
Menuiserie intérieure, ébénisterie, vannerie, charpente, Parquet...

Chêne


chene
Arbre le plus fréquent en France, le chêne représente 40 % des espèces présentes sur le territoire. Le chêne est un bois ancestral utilisé en France pour sa durabilité. Résistant aux intempéries et aux nuisibles, le chêne est un bois multi-usage. Même s'il est aujourd'hui concurrencé par d'autres essences de bois, il demeure très usité par les menuisiers ainsi que par les ébénistesJaune clair à brun clair. Fonce à la lumière.
Présence éventuelle de mailles.
Densité : 0,60 à 0,80.
Dureté : mi-dur à dur.

Europ, Amérique
Menuiserie extérieure et intérieure,
construction navale et tonnellerie.

Courbaril / Jatoba



coubaril Jatobla
Le bois de courbaril est un bois exotique originaire d'Amérique du Sud. Il est couramment utilisé au Brésil. Difficile à travailler à cause de sa dureté et de sa densité, le bois de courbaril est apprécié par les ébénistes pour son grain fin qui offre un très beau résultat sur produit fini. Les spécificités de ce bois d'exception nécessitent l'intervention d'un professionnel du bois qualifié.DenseEbénisterie de luxe, la sculpture, la fabrication de meubles, le parquet et le lambris.

Ébène



ebene
Le bois d'ébène est reconnaissable à sa couleur noire. Bois précieux très lourd au grain très fin, il peut provenir de différentes régions du globe en fonction de son type : ébène d'Inde - extrêmement rare, ébène du Gabon, ébène de Madagascar ou ébène de Makassar. Pour être qualifié d'ébène, le bois doit impérativement provenir d'un Diospyros qui est une espèce d'arbre appartenant à la famille des Ebenaceae.Ebénisterie, la fabrication d'instruments de musique, la sculpture et la confection de petits objets en bois.

Épicéa



epicea
Arbre très répandu en Europe du nord et en Allemagne, l'épicéa peuple surtout les régions montagnardes en France. Cette essence de bois est peu durable et nécessite un traitement pour résister aux intempéries comme aux nuisibles.bois blanc au veinage légèrement orangé ou rosé.
Densité : 0,40 à 0,50.
Dureté : tendre.

Europe du Nord
Fabrication d'instruments de musique pour les essences de la plus haute qualité, mais également le contreplaqué ou la fabrication de meubles.

Frêne



Frene
Le frêne est un des arbres les plus récents et représente environ 2 % des espèces françaises. D'une faible durabilité, le bois de frêne nécessite un traitement pour résister aux nuisibles et est fortement déconseillé en usage extérieur

Apprécié pour sa résistance aux chocs et sa souplesse naturelle,
bois jaune avec des veines blanchâtres.
Densité : 0,65 à 0,75.
Dureté : mi-dur à dur.
Retrait : moyen.

Europe
Arcs en bois, Menuiserie intérieure, ébénisterie, parquet...

Garapa



garapa
Originaire d'Amérique du Sud, le bois de Garapa est d'une grande durabilité. Moyennement sensible face aux champignons, aux insectes et aux termites, le bois de garapa doit être traité pour assurer sa qualité. Utilisé en extérieur avec un traitement de protection contre l'humidité, le bois de garapa ne nécessite aucun entretien particulier. Facile à travailler, le bois de garapa est plutôt utilisé par les menuisiers.Dur

Amérique du Sud
les lames de parquet, les terrasses et les menuiseries intérieure et extérieure.

Hêtre



Hetre
De la même famille que le châtaigner et le chêne, le hêtre est un arbre commun en France. Considéré comme un bois non durable contrairement à ses homologues, le hêtre nécessite donc un traitement préalable pour résister aux nuisibles. Pas toujours aisé à scier, le hêtre possède un risque de déformation élevé lors du séchage. De ce fait, c'est un bois qui n'est pas recommandé pour une utilisation en extérieur.bois blanc ou brun très pâle.
Parfois légèrement rosés
Photosensible (fonce)
Densité : 0,60 à 0,75.
Dureté : mi-dur.

Europe
Menuiserie intérieure, la fabrication de meubles, l'ébénisterie, le contreplaqué
ustensiles de cuisine.

Hévéa



Hevea
Plus connu sous le nom d'arbre à caoutchouc, le bois d'hévéa est originaire de la forêt amazonienne même s'il est surtout répandu en Asie aujourd'hui. Une fois le caoutchouc extrait, l'arbre est abattu et le bois récupéré. Bois peu durable qui nécessite un traitement de conservation pour faire face aux champignons et aux insectes, le bois d'hévéa est également sensible à l'eau donc il vaut mieux éviter son usage en extérieur. Le bois d'hévéa possède un risque de déformation et de fendillement élevé donc son utilisation est plutôt réservée aux professionnels du bois qui maitrisent sa technicité.fabrication de meubles, la menuiserie intérieure, le parquet, le lambris, les moulures et le contreplaqué

Iroko



Iroko

Fonce dans le temps vers des tons de cuivre.
Densité : 0,60 à 0,75.
Dureté : mi-dur.

Afrique
Aménagements intérieurs et extérieurs, parquet, escaliers,

Mélèze



meleze
Résineux de montagne, le mélèze est très présent dans les Alpes même s'il est principalement importé de Sibérie. D'une durabilité moyenne, le mélèze est un bois qui s'utilise autant en intérieur qu'en extérieur même s'il présente des risques de déformations élevées en cas d'humidité trop faible donc son utilisation est fortement déconseillée dans les zones trop sèches.Teinte : devient gris brun après exposition à l'air.
Densité : 0,45 à 0,70.
Dureté : tendre.

Europe Centrale
Menuiserie intérieure, la menuiserie extérieure, la charpente, le lambris, les revêtements intérieurs et extérieurs

Noyer

Le noyer est un arbre fruitier très connu puisqu'il donne naissance à la noix. D'une durabilité moyenne, le bois de noyer nécessite un traitement préalable pour résister à l'humidité. Entre le noyer commun qui est le plus répandu et le noyer noir se situe le noyer hybride qui est très utilisé pour son bois.menuiserie intérieure et l'ébénisterie haut de gamme notamment. Le bois de noyer noir est particulièrement réputé pour la fabrication de couteaux et de crosses de fusils de luxe.

Méranti



Meranti[table “” not found /]

du rouge pâle au brun.
Densité : 0,50 à 0,70.
Dureté : mi-dur.

Indonésie, Malaisie
menuiserie extérieure industrielle de portes et
fenêtres, menuiserie intérieure

Merisier

Teinte initialement pâle, tendance à foncer rapidement.
Densité : 0,60 à 0, 70.
Dureté : mi-dur.
Mobilier

Moabi



Moabi
Teinte: rouge brun avec une tendance à foncer.
Densité : 0,80 à 0,90.
Dureté : dur.

Afrique
menuiserie extérieure et intérieure, parquet.

Movingui



Movingui
Teinte jaunâtre, avec des veines parfois plus foncées. Le
fil parfois irrégulier.
Densité : 0,60 à 0,80.
Dureté : mi-dur.
Menuiserie extérieure et intérieure, parquet,
charpente

Niangon



Niangon
Teinte rouge brun assez homogène. Surface grasse.
Densité : 0,60 à 0,80.
Dureté : mi-dur.

Afrique
menuiserie extérieure, mobilier

Noyer



Noyer
Teinte brun roux, parfois grisâtre. parfois hétérogène.
Densité : 0,60 à 0,80.
Dureté : mi-dur.

France, sud-est de l'Europe et Asie
Mobilier

Okoumé



okoumé
Description : bois rouge pâle ou rose. Fil irrégulier.
Densité : 0,40 à 0,50.
Dureté : très tendre.

Afrique
Souvent contreplaqué

Olivier



Bois d'olivier
teintes très hétérogènes
du jaune au noir.
Densité : 0,70 à 1.
Dureté : très dur.

Méditerranée
Petits objets sculptés ou tournés, plaquage

Orme



orme
Le bois d'orme peut être originaire d'Europe, d'Amérique du Nord ou du Japon. Les propriétés peuvent être différentes en fonction du type d'arbre : orme champêtre, orme blanc d'Amérique, orme lisse, orme du Japon, orme de montagne. Globalement, le bois d'orme a une très bonne durabilité et une excellente résistance au froid et à l'humidité. Bois particulièrement stable lorsqu'il est sec, l'orme est agréable à travailler pour les professionnels du boisTeinte brun rougeâtre, très hétérogène.
Présence potentielle de loupe.
Densité : 0, 60 à 0,85.
Dureté : dur.

Europe et Asie
les menuiseries intérieure et extérieure, les escaliers, la confection de meubles… parfois utilisé en placage

Padouk



Padouk
Très présent dans de nombreux pays d'Afrique, le bois de padouk est un bois exotique apprécié pour sa couleur rouge vif qui donne une teinte originale. Très durable, le bois de padouk résiste à l'eau comme aux nuisibles, ce qui en fait un excellent bois pour l'extérieur. Bien qu'il ne nécessite aucun traitement pour sa durabilité, il est possible d'enduire le bois de padouk d'un conservateur pour préserver sa couleur d'origine.les terrasses, le parquet, la charpente, les escaliers, les menuiseries intérieure et extérieure. Le bois de padouk est très prisé dans la construction navale.

Palmier



Palmier
Avec plus de 2500 espèces, le palmier est très répandu dans le monde. Le palmier n'est pas un arbre. Pourtant, son tronc appelé stipe est travaillé avec le même savoir-faire qu'un arbre classique. Les professionnels du bois apportent toute leur expertise pour transformer le bois de palmier qui est très difficile à travailler de par sa nature fibreuse. Considéré comme un bois exotique atypique, le bois de palmier supporte difficilement le froid et s'acclimate plutôt de sols pauvres et secs. Peu travaillé en France, il requiert tout le savoir-faire d'un professionnel du bois qui possède de larges connaissances sur les essences de bois atypiques.Ebénisterie, Mobilier

Peuplier



Peuplier
Teinte: blanc grisâtre à brun. Surface pelucheuse.
Densité : 0,35 à 0,50.
Dureté : très tendre.

Europe, Asie et Amérique du nord

Pin douglas



Pin Dougas
Teinte brun orangé, hétérogène.
Densité : 0,50 à 0,70.
Dureté : mi-dur.

Amérique du Nord, Europe
Menuiserie intérieure et extérieure, construction, charpente.
contreplaqué

Pin maritime



Pin maritime
blanc à brun rougeâtre, hétérogène.
Fonce à la lumière.
Densité : 0,50 à 0,70.
Dureté : mi-dur.

Europe de l'ouest
Charpente, ameublement et menuiserie intérieure.

Pin sylvestre



Pin sylvestre
Très présent en Europe, le pin sylvestre est un résineux qui résiste aux températures très froides et qui se satisfait de sols pauvres en minéraux. De ce fait, il est répandu en Sibérie comme le mélèze. Moyennement durable sans traitement, le bois de pin sylvestre est pourtant multi-usages, car on en dispose en grande quantité.Teinte couleur rosée à rougeâtre.
Densité : 0,40 à 0,60.
Dureté : tendre.

Europe du Nord
Menuiserie extérieure, la menuiserie intérieure, le parquet, le contreplaqué, la charpente, la fabrication de meubles

bois de Rose



bois de rose
Originaire d'Amérique latine, le bois de rose est associé aux espèces Dalbergia. Reconnaissable à sa couleur rose, le bois de rose offre une déclinaison de couleurs rosées en fonction de l'espèce de dalbergia. Bois durable, il est résistant aux nuisibles ainsi qu'à l'eau. Le bois de rose perd sa teinte éclatante au fil des ans donc il nécessite un entretien particulier de conservation bien connu par les professionnels du bois.A venir

Brésil
Ebénisterie de luxe, la fabrication de meubles et d'objets du quotidien ainsi que la marqueterie.

Sycomore



Erable sycomore
Le sycomore est un érable qui se trouve couramment entouré de hêtres et de sapins. Considéré comme un bois noble, le bois de sycomore est très recherché, car il est esthétique et facile à travailler. Moyennement durable, le bois de sycomore est élastique et soupleEbénisterie, fabrication de meubles et d'instruments de musique

Teck



Teck
Originaire d'Asie, le bois de teck est très prisé en France pour ses nombreuses qualités. Le teck est un bois exotique qui a la particularité de résister aux aléas climatiques, aux traitements chimiques autant qu'aux nuisibles en tout genre. Bois d'une très grande durabilité qui ne se déforme pas dans le temps, le teck est facile à travailler, ce qui en fait une essence très convoitée. Très prisé pour des usages en extérieur grâce à ses multiples qualités exposées précédemment, il n'en reste pas moins un bois très adapté à l'aménagement intérieur.

Une attention particulière doit être portée à la provenance du bois de teck, car celui issu des plantations est souvent de bien moindre qualité que celui issu de forêts naturelles
Classe 5

Asie
Applications exigeantes, à la fois de dureté et d'exposition extérieures : les terrasses, le parquet, la fabrication de meubles, les escaliers, le mobilier d'extérieur et les volets roulants. Equipements Nautiques

Poirier



Poirier
Teinte du rose au rouge sombre.
Bois homogène.
Densité : 0,70 à 0,80.
Dureté : dur.


Europe et ouest de l'Asie
Mobilier
Petits objets

Sapelli




sapelli
Teinte brun rouge, avec des reflets. Forte odeur.
Densité : 0,60 à 0,75.
Dureté : mi-dur.

Afrique
menuiserie intérieure et extérieure.

Sapin



Sapin
Teinte jaune blanche, avec des veines
tirant sur le roux.
Odorant
Densité : 0,40 à 0,55.
Dureté : tendre

Europe
Menuiserie intérieure, charpente

Sipo



Sipo
Teinte bois brun rouge fonçant rapidement à la lumière.
Densité : 0,55 à 0,70.
Dureté : mi-dur.

Afrique
Menuiserie extérieure et intérieure, fenêtre, porte,
Mobilier ameublement

Série construction d’une maison ossature bois 3/6

Quelle performance énergétique pour une maison à ossature bois ?

Après avoir opté pour la maison à ossature bois, restait à définir le niveau de performance que nous souhaitions. En effet, en fonction des matériaux et du mode de mise en œuvre choisis, la construction n’allait pas offrir la même isolation. C’est notre charpentier qui nous a orienté, en nous présentant plusieurs manières de faire.

Maison passive, BBC, à énergie positive ?

La maison à ossature bois, par nature, offre une isolation thermique et acoustique meilleure qu’une construction en maçonnerie traditionnelle, à épaisseur de mur égale. Cependant, dans un cas comme dans l’autre, il convient d’une part d’utiliser des matériaux isolants performants et, d’autre part, de soigner tout particulièrement la fabrication et la pose de la structure afin d’éviter les ponts thermiques.

Limiter les ponts thermiques

Ces derniers sont en effet responsables d’une majeure partie des fuites énergétiques dans une habitation, surtout ancienne. Dans le neuf, il faut donc être particulièrement vigilant sur plusieurs points névralgiques :

  • La jonction entre les murs et la dalle ;
  • Les coffres de volets roulants, des baies et plus globalement des menuiseries ;
  • La jonction entre la toiture et les murs.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser de prime abord, plus l’isolation est performante, plus les risques de ponts thermiques sont forts. En effet, dans une maison mal isolée, les ponts ne sont qu’un faible pourcentage de l’ensemble des déperditions.

La maison BBC (RT2012)

Une maison en ossature bois est toute indiquée pour être très peu consommatrice en énergie. Depuis 2013, la Réglementation thermique 2012 (RT2012 pour les intimes) est la norme en vigueur pour toute construction neuve. Un logement conforme à cette réglementation est réputé BBC (bâtiment basse consommation).

Concrètement, cela signifie que l’habitation consomme au maximum 50 kWhep/m² par an pour le chauffage et que sa perméabilité à l’air (son étanchéité) est au maximum de 0,6 m3/h.m² (limite fixée à 1m3/h.m² pour le collectif).

La maison passive et les bâtiments BEPOS

La maison passive, visée sans doute par la future réglementation énergétique 2020 (RE2020) va un peu plus loin, puisque la consommation d’énergie nécessaire au chauffage ne doit pas dépasser cette fois 15 kWh/m² par an (la totalité de l’énergie consommée, incluant chauffage, eau chaude et électricité, ne doit quant à elle pas dépasser 120 kWhep/m² par an).

L’étanchéité à l’air est également très importante et, pour permettre le renouvellement de l’air, la maison passive doit être équipée d’un très bon système de ventilation. La VMC à double flux est recommandée, mais une VMC simple flux hygro-réglable peut aussi être efficace).

Le BEPOS ou bâtiment à énergie positive

Le bâtiment à énergie positive (BEPOS) produit plus d’énergie qu’il n’en consomme. Pour l’instant, il n’y a pas de réglementation définissant précisément les performances attendues, mais il y a fort à parier qu’elles seront abordées dans la future RE2020.

Le point commun de toutes ces habitations, c’est leur conception bioclimatique, c’est-à-dire qu’elles sont dessinées de manière à profiter au maximum des apports solaires. Pour cela, pas besoin d’installer de panneaux photovoltaïques, il suffit d’avoir le plus possible de parois vitrées au sud et à l’ouest. Pour éviter les effets de surchauffe l’été, on les surmonte de casquettes brise-soleil ou on plante des arbres qui feront écran à la belle saison et laisseront passer les rayons du soleil l’hiver.

L’ossature bois en 145x45, la plus classique

La première possibilité proposée par notre charpentier est une structure en 145x45. C’est la plus répandue et la plus assez classique en ossature bois. Si on va de l’intérieur vers l’extérieur, on a :

  • Des montants en bois (pour nous, en épicéa) espacés de 60 cm en section de 145x45 mm ;
  • Sur lesquels on pose des panneaux d’OSB de 12 mm;
  • Puis un pare-pluie ou pare-vapeur (qui sert à empêcher l’eau de stagner dans les parois, afin d’éviter les risques de condensation et de moisissures) ;
  • Des tasseaux qui permettent de ménager un vide d’air entre la structure et le revêtement extérieur (bardage ou autre) ;
  • Et enfin le bardage.

ossature bois classique 145x45

 

Avec cette option, nous avons une ossature « nue », non isolée. À l’intérieur, on doit venir ajouter de l’isolant (laine de bois ou laine de roche), qu’on positionne entre les montants. Puis on peut monter les rails et le placo pour le revêtement intérieur.

On est sur des performances énergétiques standard, évidemment conformes à la RT2012. Cependant, compte tenu de la date de notre projet (on est en 2019) et de la mise en œuvre possible de la réglementation énergétique 2020, le charpentier nous a proposé d’aller un peu plus loin avec une structure plus élaborée.

Une ossature bois en 220x45 pour tendre vers le passif

L’idée est de tendre vers la maison passive en adoptant une structure plus complète. Avec cette option, l’isolant (de la laine de bois 220 mm en densité 50 kg/m3) est déjà intégré par le charpentier entre les montants. Ces derniers sont ensuite « fermés » au moyen de panneaux scotchés entre eux avec un adhésif garantissant l’étanchéité à l’air.

Techniquement, cette ossature se compose ainsi (toujours de l’intérieur vers l’extérieur) :

  • Panneau de contreventement en fibre de bois (épaisseur 8 mm) ;
  • Montant bois de section 220x45 mm (pour nous en épicéa) avec un entraxe de 60 cm ;
  • Isolant (pour nous : laine de bois 220 mm 50kg/m3) ;
  • Panneau pare-pluie en fibre de bois (épaisseur 35 mm) qui renforce aussi l’isolation ;
  • Membrane écran HPV (haute perméabilité à la vapeur) en polypropylène ;
  • Tasseaux de ventilation créant un vide d’air ;
  • Bardage

ossature bois 220x45

 

On a donc une ossature complète sur laquelle il n’y a pas besoin d’ajouter d’isolant intérieur, on peut directement poser les rails et le placo. Autre grosse différence avec la première structure : l’épaisseur des murs. La section des montants est en effet non plus de 145x45, mais 220x45. Cela permet d’insérer un isolant de 22 cm d’épaisseur (contre 14 dans la première version). Dernier avantage, cette ossature est étanche à l’air. Avec cette structure, on se rapproche des performances d’une maison passive (même si la seule isolation ne suffit pas à qualifier un bâtiment de passif).

Au rang des inconvénients, l’ensemble est certes 8 à 10% plus cher que la technique précédente, mais il ne faut pas oublier qu’ici on n’a pas à rajouter le coût de l’isolation (puisqu’elle est déjà intégrée). De plus, la résistance thermique et l’étanchéité à l’air sont bien meilleures. C’est donc un investissement au départ, mais qui nous permettra d’économiser par la suite en consommation énergétique.

Nous avons choisi la deuxième structure, pariant sur l’investissement à long terme. Notre mode de chauffage se résume à un (petit) poêle à bois de 5 kW de puissance nominale et de deux sèche-serviettes dans les salles de bains. La température intérieure oscille entre 21 et 23°.

Tout savoir sur l’utilisation du bois dans la cuisine

Tout savoir sur l’utilisation du bois dans la cuisine. Synonyme de chaleur et d’intemporalité, le bois s’invite de  plus en plus dans les cuisines modernes pour offrir une touche réconfortante. Néanmoins, vous retrouverez peu les meubles rustiques et imposants qui faisaient le charme des cuisines de nos grands-mères. Place aux mélanges de matériaux, aux touches de bois disséminées de-ci de-là… Avant de détailler les essences de bois que vous pouvez privilégier pour votre cuisine au niveau des meubles ou des ustensiles de cuisine, nous vous informons sur quelques points de réglementation pour que le bois puisse être mis en contact avec les aliments.

 

  • La législation et les règles importantes
  • Les avantages du bois dans la cuisine
  • Quelles essences de bois pour quels usages?
  • Conseils pour l'entretien d'une cuisine en bois

 

 

Les règles importantes pour que le bois utilisé dans la cuisine puisse être en contact avec les aliments

La législation pour tous les éléments en bois susceptibles d’être en contact avec des denrées alimentaires est une réglementation européenne : le règlement (CE) n° 1935/2004 du 27 octobre 2004 . Cette dernière est complétée par un arrêté français : l’arrêté du 15 novembre 1945 .

Alors que l’arrêté du 15 novembre 1945 énumère l’ensemble des essences de bois autorisées sans condition pour un contact alimentaire, le règlement (CE) n° 1935/2004 du 27 octobre 2004 fixe le cadre global comme l’utilisation des traitements antifongiques sur le bois, les limites de migrations pour les substances actives... Vous retrouverez la liste exhaustive des substances chimiques accompagnées de leurs noms scientifiques et des limites acceptables pour que les produits en bois puissent être commercialisés en France.

Pour vous éclairer, nous vous proposons un classement par ordre alphabétique des essences de bois utilisables sans réserve à partir du moment où elles n’ont pas subi de transformation :

  • bois d’aulne
  • bois de bouleau
  • bois de charme
  • bois de châtaignier
  • bois de chêne
  • bois de douglas
  • bois d’épicéa
  • bois de frêne
  • bois de hêtre
  • bois d’olivier
  • bois de peuplier
  • bois de pin maritime
  • bois de pin sylvestre
  • bois de platane
  • bois de robinier
  • bois de sapin
  • bois de tremble

Pour les denrées alimentaires solides, vous pouvez opter également pour les essences de bois suivantes :

  • bois de noyer
  • bois d’orme
  • bois de peuplier

Pour résumer, sachez que de nombreuses essences de bois européennes sont utilisables sans réserve alors qu’il faudra prouver la non-toxicité du bois si vous optez pour une essence de bois exotique. Petite information supplémentaire : le bois de bambou n’est pas une essence de bois classique. De ce fait, il est totalement exclu de cette législation.

Pour les produits que nous vous proposons sur Bois-mania, nous faisons très attention au respect de la législation en vigueur pour ne vous proposer que des produits pour la cuisine fabriqués avec des essences de bois compatibles avec une utilisation alimentaire. De plus, notre engagement éco-responsable nous conduit à vous proposer des produits conçus dans le respect de l’environnement.

Les avantages du bois en cuisine

Le bois est un matériau qui a longtemps été utilisé pour les meubles ainsi que pour les ustensiles de cuisine. En effet, le bois apporte de nombreux avantages :

  • Le bois est hygiénique. Contrairement à une croyance répandue, de nombreuses études montrent que le bois est un matériau qui réduit naturellement la teneur en bactéries. De ce fait, les planches en bois sont à privilégier par rapport aux planches en plastique.
  • Le bois est écologique. Matériau renouvelable 100 % naturel, le bois est le matériau écologique par définition. Les adeptes d’une consommation éco-responsable privilégieront l’utilisation d’ustensiles de cuisine en bois. En parallèle, les amateurs de randonnée, de pique-nique, de sortie en plein air… pourront choisir des couverts en bois réutisables : une consommation écologique en faveur du développement durable.
  • Le bois est résistant. Matériau extrêmement solide et résistant, le bois présente de nombreux autres atouts comme son esthétisme et sa longévité. Il est très important de garder à l’esprit que les objets en bois ne se déforment pas et durent de nombreuses années à partir du moment où les essences de bois sont utilisées pour le bon usage.

Quelles essences de bois pour quels usages dans la cuisine ?

Les essences de bois ont toutes des caractéristiques qui leur sont propres. Choisir la bonne essence de bois pour le bon usage permet d’utiliser tout le potentiel du bois. En suivant nos conseils, vous disposerez d’informations pertinentes sur l’utilisation du bois dans une cuisine.

Les essences de bois pour les meubles de cuisine

L’utilisation du bois pour vos meubles de cuisine révèle un cachet chaleureux en cultivant l’art du traditionnel et du modernisme. Vous pourrez ainsi jouer sur l’esthétisme offert par le bois pour affiner la décoration de votre pièce. Attention à bien vous renseigner lors du choix de vos meubles de cuisine pour sélectionner du vrai bois afin de profiter de tous les avantages énoncés précédemment.
Certains meubles de cuisine ont l’apparence du bois sans en être : c’est le cas du mélaminé et du stratifié pour ne citer que ces exemples. Ces deux matières sont couramment utilisées dans la fabrication des meubles de cuisine. Vous pouvez, bien entendu, choisir des meubles de cuisine en stratifié ou en mélaminé, mais n’oubliez pas que ce ne sont que des imitations du bois donc que ces matières n’ont que les qualités esthétiques du bois.

Pour vos meubles de cuisine, plan de travail ou table à manger, nous vous conseillons d’opter pour des essences de bois qui résistent à l’humidité ainsi qu’aux chocs. Ces recommandations sont essentielles si vous souhaitez conserver vos meubles de cuisine en bois dans la durée.

Les essences de bois européennes les plus adaptées sont : le bois de chêne, le bois de frêne et le bois de noyer. Vous pouvez privilégier l’un de ces bois en fonction de votre budget ou de la teinte de bois désirée.

Si vous souhaitez vous tourner plutôt vers un bois exotique, les essences de bois de teck et de wengé sont les plus pertinentes pour une utilisation dans une cuisine. Néanmoins, pensez à vérifier qu’ils sont conformes à la législation européenne pour préserver votre santé et celle de votre entourage.

Pour choisir les bonnes essences de bois pour votre cuisine, nous vous conseillons de demander l’avis de professionnels du bois qui pourront vous guider dans vos choix en fonction de vos besoins et de vos envies.

Les essences de bois pour les ustensiles de cuisine

Les ustensiles de cuisine en bois sont très populaires en ce qui concerne les planches à découper, les cuillères ou les spatules en bois. Néanmoins, ce sont loin d’être les seules possibilités pour équiper votre cuisine de beaux objets robustes et écologiques. Citons par exemple : le rouleau à pâtisserie, la cuillère à miel, le pilon et son mortier, le moulin à poivre, les baguettes, le bol, le saladier, les couverts à pique-nique, la corbeille à pain… L’univers de la coutellerie est un secteur d’art de la table dans lequel le bois est un matériau très prisé. Le bois de noyer et le bois de robinier sont particulièrement adaptés à cet usage. Par ailleurs, sachez que le frêne est un bois extrêmement répandu pour les ustensiles de cuisine puisque c’est un bois courant en Europe et facile à travailler.

Si vous ne deviez retenir qu’un conseil avant de choisir vos ustensiles de cuisine en bois, c’est de consulter la liste des essences de bois autorisées pour être en contact avec les denrées alimentaires sans risque : votre santé en dépend !

Pour être certains de la qualité du bois utilisé pour la fabrication des ustensiles de cuisine et du respect de la législation, nous vous recommandons de sélectionner des produits dont la traçabilité est connue. Chez Bois-mania, nous vérifions la provenance du bois des objets que nous proposons à la vente. Nous privilégions, autant que possible, les produits naturels et écologiques, car la préservation de l’environnement demeure une des valeurs dominantes de notre entreprise.

Conseils pour l’entretien d’une cuisine en bois

Nous terminons notre article avec quelques conseils pour vous accompagner dans l’entretien de votre cuisine en bois.

Entretenir des meubles de cuisine en bois

Pour nettoyer vos meubles de cuisine en bois, vous pouvez utiliser une éponge humide avec un peu de savon. Nous conseillons de sécher vos meubles de cuisine en bois pour éviter un risque de détérioration précoce même si l’essence de bois choisie résiste bien à l’humidité.

Nous vous proposons 3 astuces pour le nettoyage de vos meubles de cuisine en bois :

  • Le chiffon microfibre. Pour faire la poussière ou retirer les miettes sans humidifier la surface de vos meubles en bois, le chiffon microfibre protègera la surface de vos meubles : une solution idéale pour un nettoyage au quotidien.
  • Le savon noir. Pour un nettoyage en profondeur de vos meubles sans altération de la qualité du bois, le savon noir est un allié de choix. Par contre, il s’utilise uniquement sur les bois non traités.
  • Le vernis. Pour préserver le bois sur le long terme, le vernissage peut être une option envisageable si vous optez pour un vernis alimentaire.

Avant toute chose, n’oubliez pas de lire le mode d’emploi sur l’entretien de vos meubles en bois pour vous conformer aux restrictions indiquées. En cas de doute, nous vous conseillons de consulter un professionnel du bois.

Entretenir des ustensiles de cuisine en bois

La majorité des ustensiles de cuisine en bois de qualité sont lavables au lave-vaisselle sauf mention contraire indiquée. Néanmoins, les ustensiles de cuisine en bois se nettoient généralement à la main, car ce mode de lavage prolonge la durée de vie des objets. Une fois lavés, vous pouvez laisser sécher vos objets en bois à l’air libre. Nous vous recommandons de vérifier que les essences de bois de vos ustensiles de cuisine sont au moins de classe 4 avant de tenter l’aventure du lave-vaisselle. Un bois de classe 4 est fait pour résister à un contact prolongé avec l’eau. Comme pour l’entretien des meubles en bois, les ustensiles de cuisine en bois peuvent porter des étiquettes avec des contre-indications pour l’entretien qu’il faut suivre scrupuleusement.

Pour information, sachez que tout ustensile de cuisine en bois fendillé devient un nid à bactéries puisque ces dernières prolifèrent dans les interstices. Dans ce cas, le bois ne peut plus remplir sa fonction antibactérienne. Ainsi, l’objet devient déconseillé pour un contact avec les aliments du fait de sa dégradation donc nous vous conseillons de le recycler pour lui offrir une seconde vie : c’est ça être un consommateur éco-responsable.

 

Que ce soit pour vos meubles de cuisine ou pour vos ustensiles de cuisine en bois, vous aurez le choix entre de nombreuses essences qui peuvent être mises en contact avec les denrées alimentaires sans risque pour votre santé. Globalement, privilégiez les essences de bois européennes qui sont les plus recommandées. De plus, vous diminuerez l’empreinte carbone de vos objets : un vrai geste en faveur du développement durable !

N’oubliez que les essences de bois recommandées pour une utilisation dans une cuisine sont des bois qui résistent à l’humidité comme l’acacia, le chêne, le frêne, le teck ou le wengé par exemple. Les professionnels du bois de Bois-mania vous accompagne, à chaque étape, dans le choix du bois pour votre cuisine.

Construction bois en poteaux poutres.

Comment choisir ses intervenants pour la construction de maison bois ?

Une fois notre terrain acheté, le temps d’élaborer les plans est venu. Avant cela, il fallait trancher sur l’intervenant pour la construction de maison bois. En effet, plusieurs solutions s’offraient à nous : l’autoconstruction totale, recourir à un constructeur ou faire appel à un artisan spécialisé. Et ce choix allait forcément influer sur la forme et la conception du bâtiment.

Choisir un constructeur : la solution de facilité ?

C’est souvent le premier réflexe des candidats à la construction et ce ne fut pas le nôtre, d’emblée.

Une maison clé en main

Le recours à un constructeur peut avoir de gros avantages, notamment quand on n’y connaît rien en construction. Vous déléguez la maîtrise d’œuvre, le suivi des artisans et du chantier et vous validez seulement les phases intermédiaires et la livraison finale.

Cependant, l’avantage majeur d’un constructeur est qu’il garantit des prestations, un budget et des délais. Il engage sa responsabilité, notamment en cas de malfaçons, et c’est très sécurisant lorsqu’on n’a aucune connaissance en la matière.

Bien choisir son constructeur

La contrepartie de cette délégation quasi totale, c’est que vous ne maîtrisez plus rien ou presque. Les constructeurs disposent en général de catalogues de maisons plus ou moins personnalisables au niveau des plans, des finitions, des matériaux, etc. Plus haut de gamme sont ceux qui dessinent des plans adaptés à vos besoins et qui vont proposer des prestations plus individualisées.

Si nous étions passés par un constructeur, on aurait choisi une entreprise spécialisée dans la construction bois. Il en existe de plus en plus, alors attention aussi à l’effet de mode : il faut préférer l’expérience au beau catalogue. N’hésitez pas à comparer les devis et les prestations, consultez les avis, demandez à visiter des chantiers en cours. Privilégiez les acteurs locaux, bien implantés dans votre région et qui travaillent avec des artisans du coin. Non seulement ils auront plus à cœur de bien faire leur travail, car ils jouent leur réputation locale, mais ce peut être un atout si vous avez besoin d’une réparation hors garantie plus tard.

Ce qui constitue un avantage pour beaucoup était ce qui nous dérangeait le plus, car nous avions envie de piloter notre projet et surtout de faire nous-mêmes.

La tentation de l’autoconstruction ou la maison en kit

Étant bricoleurs et entourés de proches œuvrant dans le domaine du bâtiment, l’idée de l’autoconstruction n’était pas saugrenue et elle méritait d’être étudiée avec attention.

Au rang des avantages : économie et autonomie

La motivation était d’abord financière : réaliser soi-même son ossature en bois permet une économie de 30 à 50 %, en fonction des fournisseurs. De plus, le principe même de l’ossature en bois permet de monter la maison soi-même, pour peu que l’on soit soigneux et rigoureux. En effet, les éléments sont préfabriqués en atelier et livrés sur le chantier. Ensuite, le montage s’apparente à un grand Meccano.

J’insiste sur le « s’apparente » : il ne s’agit tout de même pas d’un jeu d’enfant et la technique est plutôt réservée aux bricoleurs expérimentés.

Certains fabricants produisent des kits, livrés sur votre chantier avec toutes les pièces nécessaires et la notice de montage. Bien que celle-ci soit très détaillée, il faut néanmoins avoir un peu d’expérience ou de connaissance en construction pour ne pas faire n’importe quoi et surtout adapter son kit à son terrain. Ne vous embarquez donc pas dans l’autoconstruction bois si vos exploits en bricolage se résument au montage de meubles ou à l’accrochage de tableaux au mur. Cet aspect ne nous a pas freiné, car après avoir passé quelques années à rénover notre première maison, on avait une certaine expérience du bâtiment.

Des inconvénients rédhibitoires

Deux inconvénients nous ont finalement fait écarter la solution de l’autoconstruction totale. Le premier était l’absence de garantie. Bien entendu, le fournisseur de maisons en kit garantit la qualité des matériaux qu’il vend et engage sa responsabilité sur leur conformité aux normes en vigueur. En revanche, rien ne nous protégeait sur les erreurs de montage ou – pire – de conception. D’ailleurs, la législation française est assez pauvre en matière d’autoconstruction, que ce soit bois ou traditionnelle (pas de décennale ni de dommage-ouvrages en autoconstruction).

Le deuxième inconvénient peut paraître surprenant, mais on a trouvé que finalement choisir l’autoconstruction en bois nous freinait dans nos envies architecturales. Les maisons en kit sont basées sur des plans standardisés laissant peu de place à la personnalisation. De plus, nous souhaitions de beaux volumes, notamment dans la pièce de vie, et cela nécessitait des connaissances en structure que nous n’avions pas. On s’est vite rendu compte que nous allions avoir besoin d’une assistance technique et donc de faire appel à un professionnel.

Choisir des artisans indépendants pour plus de souplesse

L’autoconstruction partielle

Après avoir écarté la solution du constructeur et celle de l’autoconstruction, nous nous sommes tournés vers un entre-deux : l’autoconstruction partielle. L’idée était de faire faire les fondations, l’ossature bois et la couverture, puis de réaliser le reste nous-mêmes. Une fois cette décision prise, nous avons regardé du côté des constructeurs. En effet, certains ne sont pas opposés au fait de livrer une maison hors d’eau et hors d’air, en laissant le second œuvre au client.

Seulement, nous n’avons pas trouvé de constructeur dont les plans nous satisfassent et surtout dans le budget que nous nous étions fixés. D’ailleurs, nous avions déjà dessiné notre plan, par l’intermédiaire d’un ami maître d’œuvre, et n’avions donc pas besoin d’une prestation « complète ». Enfin, nous voulions travailler avec des artisans locaux, à la fois pour limiter les frais de déplacement et par principe environnemental.

Un charpentier spécialisé, un maçon et un couvreur

Nous avons interrogé Internet et quelques noms sont sortis. Nous avons choisi un charpentier de notre future commune, spécialisé dans l’ossature bois. Ce qui nous a plu chez lui est son approche très orientée maison passive ; or, nous avions choisi une maison en bois d’abord pour faire des économies d’énergie.

Le premier contact a été très sympathique, le courant est tout de suite passé, nous lui avons envoyé nos plans, et il nous a fait des propositions financières différentes en fonction de l’efficacité énergétique recherchée. Mais ça, je vous l’expliquerai dans un prochain article !

Nous avons choisi également un maçon local pour les fondations et la maçonnerie, ainsi qu’un couvreur pour la toiture. Le charpentier étant aussi menuisier, il nous a également fourni et posé les menuiseries.

En conclusion, les options possibles pour la construction d’une maison en bois sont à peu près les mêmes que pour une habitation traditionnelle : constructeur, autoconstruction ou artisans indépendants. Chaque solution a ses avantages et ses inconvénients, il faut donc choisir ce qui convient le mieux à son mode de vie, à ses aptitudes et à ses possibilités.

La maison en bois a le vent en poupe : en France, une habitation sur 10 est construite en bois. Écologique, rapide à construire, esthétique, elle séduit de plus en plus de candidats propriétaires. On pense souvent à l’ossature bois, mais il existe en fait plusieurs types de constructions.

Le bois est sans doute le premier matériau utilisé par l’homme pour bâtir son habitat. Les techniques ancestrales ont beaucoup évolué, mais on retrouve leurs principes constructifs dans les quatre grandes catégories de construction en bois :
• la construction en bois massif empilé ;
• la maison à colombages ou à pan de bois ;
• la construction à base de poteaux-poutres ;
• la maison à ossature bois.

En bois empilé ou panneaux massifs

C’est la plus ancienne technique de construction en bois, faite à partir de tronc d’arbres plus ou moins façonnés. On retrouve l’architecture typique des chalets de montagne, des isbas polaires ou des habitations du grand nord canadien.
Les murs extérieurs sont composés de morceaux de bois empilés les uns sur les autres. Ces pièces sont soit des rondins plus ou moins usinés (s’ils sont laissés bruts ou d’aspect rustique on parle de fustes), soit des madriers de section carrée.
Un matériau isolant peut être intercalé entre chaque rondin ou fuste pour augmenter l’étanchéité à l’air et à l’eau. Le plus souvent, le doublage en isolation n’est pas nécessaire si la section des murs est suffisante.
Ce type de construction limite les ouvertures (fenêtres et portes) pour ne pas altérer la structure porteuse, mais les nouvelles techniques permettent aujourd’hui de contourner ce problème.
L’empilement de madriers est très prisée pour l’autoconstruction, car le montage est très simple à réaliser. Chaque pièce est coupée au millimètre près et numérotée en usine. Une fois livrées sur le chantier, il n’y a plus qu’à suivre le plan de montage.

Coût : à partir de 1 400 € le m²

interieur bois chaleureux
L’intérieur d’une maison en bois empilé laissé apparent : un style chaleureux qui n’est pas sans rappeler les chalets canadiens.

La maison à colombages ou à pan de bois

maison à colombages
Une maison à pan de bois dont le colombage est en briques crues.

Même s’il existe aussi depuis la préhistoire et l’Antiquité, ce type de construction était beaucoup utilisé au Moyen Âge et associait le bois et la pierre. Cette dernière servait souvent pour les fondations afin d’empêcher l’humidité de remonter.
Techniquement, un squelette en bois structure la maison avec des poteaux plus ou moins longs et des sablières. Le colombage en tant que tel consiste à remplir l’espace entre les poteaux avec un matériau comme des briques, du torchis (mélange de paille, d’argile, de sable et de chaux) ou du plâtre.
En général, cette technique n’est plus utilisée en construction neuve, sauf pour rénover une maison à pan de bois. Les progrès technologiques ont permis de faire évoluer le principe du colombage vers la structure de poteaux-poutres.

Coût : 1 000 à 2 000 € le m² (en rénovation)

 

La structure en poteaux-poutres

 

Construction bois en poteaux poutres.
La construction bois en poteaux-poutres autorise une grande liberté architecturale.

C’est donc la version moderne du colombage. On utilise soit du bois massif soit du lamellé-collé (c’est-à-dire des lames de bois collées entre elles pour garantir une parfaite rigidité).
Le squelette est ici réalisé à l’aide de poteaux de grosse section formant une structure porteuse et autoportante. Ces poteaux sont espacés de plusieurs mètres, alors que pour l’ossature bois on est à moins d’un mètre.
Les intervalles entre les poteaux sont remplis par du bois ou de la paille compressée ou encore par des baies vitrées. En effet, comme les murs en tant que tel ne sont pas porteurs, ils n’ont pas forcément besoin d’être comblés.
Cela permet une grande liberté et les architectes utilisent souvent les poteaux-poutres pour concevoir des maisons contemporaines avec des volumes généreux et de grandes surfaces vitrées.

Coût : 1 500 à 1 800 € le m²

visuel : https://pixabay.com/fr/photos/squelette-de-bois-maison-de-troupeau-252178/
Légende possible : La construction bois en poteaux-poutres autorise une grande liberté architecturale.

La maison à ossature bois (MOB)

 

pans de maison à ossature boisCrédit photo : L. Guillemaud

 

Environ 90 % des constructions en Amérique du Nord sont réalisées avec cette technique.
On a ici toujours un squelette de bois, mais cette fois ce sont des chevrons de petite section, espacés de 60 à 70 cm en général. Entre chaque montant, on intercale de l’isolant : laine de bois, ouate de cellulose ou autre fibre. Pour finir, un panneau de contreventement en bois (souvent de l’OSB) est fixé directement sur les chevrons. Il assure la stabilité de la structure en rigidifiant l’ensemble. On ajoute souvent une toile pare-pluie pour protéger de l’humidité.
Contrairement à la structure en poteaux-poutres, l’ossature bois se fabrique étage par étage. Entre chaque niveau, une plateforme sert à la fois de plancher et de plafond.
Les panneaux sont le plus souvent fabriqués et assemblés par pan en atelier (on parle parfois de panneaux porteurs), ils peuvent même être déjà équipés des portes et des fenêtres. Les pans sont livrés sur le chantier par semi-remorque et la pose nécessite une grue.
Il existe aussi des ossatures bois en kit : les panneaux sont de dimensions plus petites, il faut les assembler selon un ordre précis pour monter chaque pan de la maison.
Pour l’intérieur, on peut poser directement du placoplâtre ou du lambris, sans prévoir un doublage isolant, contrairement aux maisons en pierre ou en béton. L’isolation étant intégrée dans le mur, on gagne ainsi en surface habitable.
À l’extérieur, l’ossature peut être recouverte d’un bardage pour conserver l’aspect bois ou de plaques de parement imitant le crépi.
Si l’ossature bois est le meilleur choix en matière d’isolation thermique, elle est aussi idéale pour les zones sismiques, de par sa constitution à la fois souple et rigide.

Coût : entre 600 et 1 000€ le m² (à partir de 1 900 € le m² si les menuiseries sont intégrées)

Quand on parle de construction bois, on pense souvent au chalet montagnard, mais il existe donc différentes techniques, de la plus simple à la plus sophistiquée. La construction bois gagne peu à peu des parts de marché depuis 2018, y compris pour des logements collectifs. En France, l’ossature bois représente 84 % des maisons construites en bois, selon l’Observatoire national de la construction bois 2019.

Maison bois atypique

Témoignage : notre parcours de construction d’une maison à ossature bois – épisode 1

Lorsque nous avons décidé de faire construire, le choix de la maison à ossature bois s’est imposé comme une évidence. À 45 ans, et après une longue rénovation, partir sur du neuf pour notre second achat immobilier était l’occasion de bâtir une demeure conforme à nos rêves. En juillet 2019, nous flashons sur un terrain de 700 m² en deuxième rideau, à 50 m à vol d’oiseau du rivage rocheux d’un coin de Loire-Atlantique. Il fallait réfléchir, mais pas trop longtemps : le compromis est signé fin septembre.

Dès le départ, nous envisageons de partir sur une maison à ossature bois (MOB). L’ossature bois et nous, c’est une longue histoire. Pour l’anecdote, notre première maison, en location, était déjà une ossature bois. Notre propriétaire, artisan charpentier spécialisé dans cette technique constructive, l’avait bâtie comme maison témoin. Y vivre pendant quelques années nous a convaincus de ses avantages. Quand on a voulu devenir propriétaires, on a d’abord cherché un terrain pour faire construire, en bois évidemment. Finalement, nous avons acheté une bâtisse en pierre d’ardoise à rénover – faute de terrain disponible répondant à nos critères et à notre budget. Seize ans plus tard, on peut enfin dessiner la maison de nos rêves.

Avoir vécu à la fois dans une MOB et dans une maison traditionnelle en pierres nous a permis de peser le pour et le contre des deux types de construction. Parmi les nombreux avantages de l’ossature bois, nous en avons retenu trois principaux.

Raison n°1 : l’efficacité énergétique et le confort thermique

À l’heure de la lutte contre le réchauffement climatique et du développement durable, la haute qualité environnementale de l’ossature bois n’est plus à démontrer. Les performances énergétiques sont exceptionnelles, notamment grâce à la possibilité de double isolation (intérieure et extérieure) qui élimine quasiment tous les ponts thermiques et une étanchéité à l’air renforcée. Les MOB sont par nature conformes à la RT 2012 et donc considérées comme des bâtiments basse consommation (BBC). Certaines vont même au-delà et atteignent déjà des objectifs pressentis par la future réglementation énergétique RE2020.

Certes, le bois est naturellement plus isolant que le béton, mais c’est surtout la structure de l’ossature et la possibilité d’y intégrer directement l’isolation qui garantissent un confort thermique optimal. Par ailleurs, en saison froide, l’air ambiant est radicalement différent : il est doux et sec dans la maison en bois, alors qu’il est plus humide et frais dans celle en pierres. Par nature respirant, le bois régule en effet de lui-même le degré d’hygrométrie. Enfin, sa faible inertie permet de chauffer les volumes très rapidement, au contraire du béton qui est plus long à monter en température. Cette faible inertie permet de convertir le moindre rayon de soleil en apport de chaleur, y compris en hiver. En contrepartie, il convient de prévoir des solutions limitant les apports solaires l’été afin de ne pas transformer la maison en fournaise (volet, brise-soleil, pergola…).

Raison n°2 : la rapidité de la mise en œuvre

Quand on a 45 ans, on est pressé. Surtout pour venir habiter à la mer ! Plus prosaïquement, nous avions encore quelques années de crédit immobilier à terminer et il était important de vendre notre première maison assez rapidement. L’idée était aussi d’éviter, autant que faire se peut, d’avoir à prendre une location le temps des travaux.

La rapidité de mise en œuvre de la MOB était la solution toute trouvée à ces impératifs de temps. Nous avons donné le premier coup de pioche le 2 mai 2019, la maison était hors d’eau hors d’air mi-août de la même année. Nous avons réalisé tout l’intérieur en auto-construction et avons emménagé cinq mois et demi après le début des travaux, en octobre 2019 ! Pour une construction traditionnelle, on est plutôt sur des délais de neuf à douze mois.

Deux facteurs permettent cette rapidité. D’abord, les murs de la maison sont fabriqués en atelier (pour nous, cela a pris un gros mois). Pendant ce temps, les terrassiers et les maçons ont réalisé les fondations et la dalle. Mi-juillet, les parois ont été posées en une journée.

On économise aussi le temps de séchage puisqu’il n’y a pas de maçonnerie à proprement parler au niveau des murs (sauf pour un ou deux dans notre cas, car la maison est accolée sur un côté). Dès les parois posées, on peut attaquer la couverture, les menuiseries et l’intérieur.

Raison n°3 : l’esthétique

J’ai toujours eu un faible pour le bois : l’aspect, l’odeur caractéristique, la veinure, les craquements… L’ambiance d’une maison en bois doit d’ailleurs beaucoup à son matériau de base. Nous souhaitions une esthétique plutôt contemporaine, une maison cubique avec un toit plat. C’est plus facile avec du bois et moins onéreux à architecture égale. Pour une maison de bord de mer, un bardage en bois nous paraissait évident pour rester dans l’esprit maritime. La légèreté structurelle de l’ossature permet aussi de limiter les fondations ou de s’adapter à des terrains spécifiques (forte pente, emplacement instable…). Pour ce qui nous concerne, la maison et sa dalle sont par exemple posées sur un terrain sableux.

Contrairement aux idées reçues, une maison en bois est tout aussi solide qu’une construction traditionnelle. Preuve en est la longévité des maisons à pans de bois ou à colombages qui peuplent encore les rues de villes construites au Moyen-Âge. Côté sécurité, une ossature bois résiste mieux au feu qu’un mur de maçonnerie : le bois transmet la chaleur dix fois moins vite que le béton. Il conserve aussi ses propriétés mécaniques plus longtemps en cas d’incendie (les poutres ne se déforment pas et n’explosent pas).

Par raison ou par passion, le choix de la maison en bois est une excellente manière de contribuer à l’effort environnemental. Matériau naturel et renouvelable, le bois qui sert à la construction est exploité de manière durable : durant toute sa vie, il consomme plus de carbone qu’il n’en rejette !

Nous accueillons avec intérêt notre première contributrice externe sur Bois-mania.com.

Linda Guillemaud est passionnée par la construction bois. elle nous livre dans une série son experience familiale de l’autoconstruction

Le choix d'une maison en bois n'est pas qu'un rève, il répond aussi à des raisons tout à fait rationnelles.

Lorsque nous avons décidé de faire construire, le choix de la maison à ossature bois s’est imposé comme une évidence. À 45 ans, et après une longue rénovation, partir sur du neuf pour notre second achat immobilier était l’occasion de bâtir une demeure conforme à nos rêves. En juillet 2019, nous flashons sur un terrain de 700 m² en deuxième rideau, à 50 m à vol d’oiseau du rivage rocheux d’un coin de Loire-Atlantique. Il fallait réfléchir, mais pas trop longtemps : le compromis est signé fin septembre.
Dès le départ, nous envisageons de partir sur une maison à ossature bois (MOB). L’ossature bois et nous, c’est une longue histoire. Pour l’anecdote, notre première maison, en location, était déjà une ossature bois. Notre propriétaire, artisan charpentier spécialisé dans cette technique constructive, l’avait bâtie comme maison témoin. Y vivre pendant quelques années nous a convaincus de ses avantages. Quand on a voulu devenir propriétaires, on a d’abord cherché un terrain pour faire construire, en bois évidemment. Finalement, nous avons acheté une bâtisse en pierre d’ardoise à rénover - faute de terrain disponible répondant à nos critères et à notre budget. Seize ans plus tard, on peut enfin dessiner la maison de nos rêves.
Avoir vécu à la fois dans une MOB et dans une maison traditionnelle en pierres nous a permis de peser le pour et le contre des deux types de construction. Parmi les nombreux avantages de l’ossature bois, nous en avons retenu trois principaux.

 

Raison n°1 : l’efficacité énergétique et le confort thermique

À l’heure de la lutte contre le réchauffement climatique et du développement durable, la haute qualité environnementale de l’ossature bois n’est plus à démontrer. Les performances énergétiques sont exceptionnelles, notamment grâce à la possibilité de double isolation (intérieure et extérieure) qui élimine quasiment tous les ponts thermiques et une étanchéité à l’air renforcée. Les MOB sont par nature conformes à la RT 2012 et donc considérées comme des bâtiments basse consommation (BBC). Certaines vont même au-delà et atteignent déjà des objectifs pressentis par la future réglementation énergétique RE2020.
Certes, le bois est naturellement plus isolant que le béton, mais c’est surtout la structure de l’ossature et la possibilité d’y intégrer directement l’isolation qui garantissent un confort thermique optimal. Par ailleurs, en saison froide, l’air ambiant est radicalement différent : il est doux et sec dans la maison en bois, alors qu’il est plus humide et frais dans celle en pierres. Par nature respirant, le bois régule en effet de lui-même le degré d’hygrométrie. Enfin, sa faible inertie permet de chauffer les volumes très rapidement, au contraire du béton qui est plus long à monter en température. Cette faible inertie permet de convertir le moindre rayon de soleil en apport de chaleur, y compris en hiver. En contrepartie, il convient de prévoir des solutions limitant les apports solaires l’été afin de ne pas transformer la maison en fournaise (volet, brise-soleil, pergola...).

Raison n°2 : la rapidité de la mise en œuvre

Quand on a 45 ans, on est pressé. Surtout pour venir habiter à la mer ! Plus prosaïquement, nous avions encore quelques années de crédit immobilier à terminer et il était important de vendre notre première maison assez rapidement. L’idée était aussi d’éviter, autant que faire se peut, d’avoir à prendre une location le temps des travaux.
La rapidité de mise en œuvre de la MOB était la solution toute trouvée à ces impératifs de temps. Nous avons donné le premier coup de pioche le 2 mai 2019, la maison était hors d’eau hors d’air mi-août de la même année. Nous avons réalisé tout l’intérieur en auto-construction et avons emménagé cinq mois et demi après le début des travaux, en octobre 2019 ! Pour une construction traditionnelle, on est plutôt sur des délais de neuf à douze mois.
Deux facteurs permettent cette rapidité. D’abord, les murs de la maison sont fabriqués en atelier (pour nous, cela a pris un gros mois). Pendant ce temps, les terrassiers et les maçons ont réalisé les fondations et la dalle. Mi-juillet, les parois ont été posées en une journée.
On économise aussi le temps de séchage puisqu’il n’y a pas de maçonnerie à proprement parler au niveau des murs (sauf pour un ou deux dans notre cas, car la maison est accolée sur un côté). Dès les parois posées, on peut attaquer la couverture, les menuiseries et l’intérieur.

Raison n°3 : l’esthétique

J’ai toujours eu un faible pour le bois : l’aspect, l’odeur caractéristique, la veinure, les craquements… L’ambiance d’une maison en bois doit d’ailleurs beaucoup à son matériau de base. Nous souhaitions une esthétique plutôt contemporaine, une maison cubique avec un toit plat. C’est plus facile avec du bois et moins onéreux à architecture égale. Pour une maison de bord de mer, un bardage en bois nous paraissait évident pour rester dans l’esprit maritime. La légèreté structurelle de l’ossature permet aussi de limiter les fondations ou de s’adapter à des terrains spécifiques (forte pente, emplacement instable…). Pour ce qui nous concerne, la maison et sa dalle sont par exemple posées sur un terrain sableux.
Contrairement aux idées reçues, une maison en bois est tout aussi solide qu’une construction traditionnelle. Preuve en est la longévité des maisons à pans de bois ou à colombages qui peuplent encore les rues de villes construites au Moyen-Âge. Côté sécurité, une ossature bois résiste mieux au feu qu’un mur de maçonnerie : le bois transmet la chaleur dix fois moins vite que le béton. Il conserve aussi ses propriétés mécaniques plus longtemps en cas d’incendie (les poutres ne se déforment pas et n’explosent pas).
Par raison ou par passion, le choix de la maison en bois est une excellente manière de contribuer à l’effort environnemental. Matériau naturel et renouvelable, le bois qui sert à la construction est exploité de manière durable : durant toute sa vie, il consomme plus de carbone qu’il n’en rejette !

essences de bois

Les essences de bois essentielles

Dans cet article, nous vous décrivons avec notre regard de professionnel du bois de nombreuses essences de bois pour vous aider à faire des choix pertinents pour votre mobilier, pour aménager votre logement ou pour faire de la construction.

En effet, chaque essence de bois a des caractéristiques qui lui sont propres.

Découvrez les essences de bois européens, exotiques ainsi que les essences de bois rares, classées par ordre alphabétique.

essences de bois

essences de bois

Le bois d’Acacia

Le bois d’acacia est le nom de vulgarisation du Robinier qui a été implanté en Europe depuis le 17e siècle. Sa durabilité de plus de 25 ans est supérieure aux autres bois européens. Ainsi, le bois d’acacia concurrence les bois exotiques tel que le Teck. Vous rencontrerez parfois le terme de « Teck européen » pour nommer le bois d’acacia.

Les utilisations du bois d’acacia sont surtout réservées à l’extérieur puisque c’est une essence qui résiste aux intempéries et aux nuisibles sans traitement ce qui en fait un bois très prisé par ceux qui souhaitent réduire leur empreinte écologique ; de plus, l’acacia est résistant aux chocs.

Le bois d’Acajou d’Afrique

Le bois d’acajou d’Afrique appartient à la famille des méliacées qui regroupent près de 600 espèces de plantes et d’arbres. Originaire d’Afrique tropicale, ce bois d’acajou est moyennement durable et nécessite un traitement préalable de conservation, notamment à cause de sa sensibilité aux termites. Le bois d’acajou d’Afrique est de couleur brun rouge. Sa poussière peut causer des démangeaisons donc il est important de porter des protections appropriées lors de son travail.

Les usages du bois d’acajou d’Afrique les plus connus sont : la menuiserie intérieure et extérieure, la confection de meubles et la charpente légère.

Le bois d’Amarante

Le bois d’amarante est originaire d’Amérique du Sud où on le retrouve en quantité limitée bien qu’il ne fasse pas partie des bois rares. Parfois commercialisé sous le nom de bois violet, l’amarante prend cette couleur après une exposition à la lumière. Ce bois ne nécessite pas de traitement, car il est peu imprégnable ; néanmoins, la résistance du bois violet à la pourriture est variable donc il est important de se référer à des professionnels pour bien sélectionner un bois d’amarante de qualité.

Les utilisations du bois d’amarante sont principalement : l’ébénisterie, la sculpture et la fabrication d’instruments de musique. L’amarante est également quelquefois utilisé pour le parquet ou le lambris.

Le bois de Bouleau

Le bouleau est très répandu en France puisqu’il représente 1 % des arbres présents dans les forêts. Cette essence de bois n’est pas durable et nécessite toujours un traitement pour la protéger des nuisibles et lui permettre de résister dans le temps. De ce fait, le bouleau est fortement déconseillé pour un usage extérieur.

Néanmoins, le bois de bouleau est très apprécié pour la confection de meubles, car il possède un grain fin et uniforme ainsi que dans le cadre de la menuiserie intérieure, car il est d’une grande élasticité et facile à travailler. Les utilisations du bois de bouleau se retrouvent également dans la fabrication des panneaux de contreplaqué.

Le bois de Châtaigner

Le châtaigner a une croissance rapide puisqu’il parvient à maturité en 25 ans, soit 4 fois plus vite que le chêne. Très répandu en France, le bois de châtaigner est un bois durable qui résiste aux nuisibles et aux intempéries. Particulièrement adapté à un usage extérieur, il peut également être utilisé en intérieur, ce qui en fait un bois de premier choix.

Les utilisations du bois de châtaignier sont multiples : menuiserie intérieure, ébénisterie, vannerie, charpente… Considéré comme un bois souple et facile à travailler par les artisans du bois, le châtaigner est un choix judicieux pour la fabrication de meubles ou de lames de parquet par exemple.

Le bois de Chêne

Arbre le plus fréquent en France, le chêne représente 40 % des espèces présentes sur le territoire. Le chêne est un bois ancestral utilisé en France pour sa durabilité. Résistant aux intempéries et aux nuisibles, le chêne est un bois multi-usage. Même s’il est aujourd’hui concurrencé par d’autres essences de bois, il demeure très usité par les menuisiers ainsi que par les ébénistes.

Les utilisations du bois de chêne sont principalement : la construction, la menuiserie intérieure et la fabrication de mobilier.

Le chêne reste l’une des essences de bois les moins chères du marché.

Le bois de Citronnier de Ceylan

Le bois de citronnier de Ceylan est le plus recherché de tous les bois de couleur jaune. Il fait partie des bois exotiques précieux. Originaire du Sri Lanka comme son nom l’indique, cette essence de bois est très prisée en ébénisterie pour la finesse de son grain et son éclat. Bois dur et difficile à travailler, il nécessite le savoir-faire d’un vrai professionnel.

Les utilisations du bois de citronnier de Ceylan sont : l’ébénisterie, la coutellerie ainsi que la fabrication de meubles et de petits objets du quotidien.

Le bois de Courbaril

Le bois de courbaril est un bois exotique originaire d’Amérique du Sud. Régulièrement appelé bois de Jatoba, il est couramment utilisé au Brésil. Difficile à travailler à cause de sa dureté et de sa densité, le bois de courbaril est apprécié par les ébénistes pour son grain fin qui offre un très beau résultat sur produit fini. Les spécificités de ce bois d’exception nécessitent l’intervention d’un professionnel du bois qualifié.

Les principaux usages du bois de courbaril sont : l’ébénisterie de luxe, la sculpture, la fabrication de meubles, le parquet et le lambris.

Le bois d’Ébène

Le bois d’ébène est reconnaissable à sa couleur noire. Bois précieux très lourd au grain très fin, il peut provenir de différentes régions du globe en fonction de son type : ébène d’Inde – extrêmement rare, ébène du Gabon, ébène de Madagascar ou ébène de Makassar. Pour être qualifié d’ébène, le bois doit impérativement provenir d’un Diospyros qui est une espèce d’arbre appartenant à la famille des Ebenaceae.

Les utilisations du bois d’ébène sont : l’ébénisterie, la fabrication d’instruments de musique, la sculpture et la confection de petits objets en bois.

Le bois d’Épicéa

Arbre très répandu en Europe du nord et en Allemagne, l’épicéa peuple surtout les régions montagnardes en France. Cette essence de bois est peu durable et nécessite un traitement pour résister aux intempéries comme aux nuisibles.

Les utilisations du bois d’épicéa sont : la fabrication d’instruments de musique pour les essences de la plus haute qualité, mais également le contreplaqué ou la fabrication de meubles.

Le bois de Frêne

Le frêne est un des arbres les plus récents et représente environ 2 % des espèces françaises. D’une faible durabilité, le bois de frêne nécessite un traitement pour résister aux nuisibles et est fortement déconseillé en usage extérieur.

Apprécié pour sa résistance aux chocs et sa souplesse naturelle, le bois de frêne est adapté pour les usages suivants : menuiserie intérieure, ébénisterie, parquet…

Le bois de Garapa

Originaire d’Amérique du Sud, le bois de Garapa est d’une grande durabilité. Moyennement sensible face aux champignons, aux insectes et aux termites, le bois de garapa doit être traité pour assurer sa qualité. Utilisé en extérieur avec un traitement de protection contre l’humidité, le bois de garapa ne nécessite aucun entretien particulier. Facile à travailler, le bois de garapa est plutôt utilisé par les menuisiers.

Les utilisations du bois de garapa sont surtout : les lames de parquet, les terrasses et les menuiseries intérieure et extérieure.

Le bois de Hêtre

De la même famille que le châtaigner et le chêne, le hêtre est un arbre commun en France. Considéré comme un bois non durable contrairement à ses homologues, le hêtre nécessite donc un traitement préalable pour résister aux nuisibles. Pas toujours aisé à scier, le hêtre possède un risque de déformation élevé lors du séchage. De ce fait, c’est un bois qui n’est pas recommandé pour une utilisation en extérieur.

Les usages du bois de hêtre sont principalement : la menuiserie intérieure, la fabrication de meubles, l’ébénisterie, le contreplaqué.

Le bois d’Hévéa

Plus connu sous le nom d’arbre à caoutchouc, le bois d’hévéa est originaire de la forêt amazonienne même s’il est surtout répandu en Asie aujourd’hui. Une fois le caoutchouc extrait, l’arbre est abattu et le bois récupéré. Bois peu durable qui nécessite un traitement de conservation pour faire face aux champignons et aux insectes, le bois d’hévéa est également sensible à l’eau donc il vaut mieux éviter son usage en extérieur. Le bois d’hévéa possède un risque de déformation et de fendillement élevé donc son utilisation est plutôt réservée aux professionnels du bois qui maitrisent sa technicité.

Les principaux usages du bois d’hévéa sont : la fabrication de meubles, la menuiserie intérieure, le parquet, le lambris, les moulures et le contreplaqué.

Le bois d’Ipé

Originaire d’Amérique du Sud ou d’Amérique centrale, le bois d’Ipé est un bois exotique brun d’une excellente durabilité. Résistant à la fois aux nuisibles et aux intempéries, ce bois est très prisé pour des usages extérieurs. Particulièrement recherché pour la fabrication ou la rénovation de terrasses, le bois d’Ipé doit son nom à l’arbre « Tabebuia ». Un traitement pour conserver ou retrouver sa couleur d’origine peut être envisagé sur les conseils d’un professionnel du bois.

Les utilisations du bois d’Ipé sont principalement : la menuiserie extérieure, les terrasses et les bardages et le mobilier extérieur.

Le bois d’Itauba

Originaire d’Amérique du Sud, le bois d’itauba du Brésil est appelé Taoub en Guyane. Considéré comme un bois très durable résistant aux nuisibles comme aux intempéries et à l’eau salée, le bois d’itauba n’est pas imprégnable. Ce bois possède une grande résistance aux variations climatiques, ce qui lui confère des capacités intéressantes pour des constructions extérieures imposantes.

Les principaux usages du bois d’itauba sont : la charpente, les menuiseries intérieure et extérieure, les terrasses, le parquet et le lambris. Très utilisé dans la construction, on retrouve le bois d’Itauba dans la construction de ponts ainsi que sur les chantiers navals.

Le bois de Mélèze

Résineux de montagne, le mélèze est très présent dans les Alpes même s’il est principalement importé de Sibérie. D’une durabilité moyenne, le mélèze est un bois qui s’utilise autant en intérieur qu’en extérieur même s’il présente des risques de déformations élevées en cas d’humidité trop faible donc son utilisation est fortement déconseillée dans les zones trop sèches.

Les usages du bois de mélèze sont : la menuiserie intérieure, la menuiserie extérieure, la charpente, le lambris, les revêtements intérieurs et extérieurs…

Le bois de Noyer

Le noyer est un arbre fruitier très connu puisqu’il donne naissance à la noix. D’une durabilité moyenne, le bois de noyer nécessite un traitement préalable pour résister à l’humidité. Entre le noyer commun qui est le plus répandu et le noyer noir se situe le noyer hybride qui est très utilisé pour son bois.

Les usages du bois de noyer sont : la menuiserie intérieure et l’ébénisterie haut de gamme notamment. Le bois de noyer noir est particulièrement réputé pour la fabrication de couteaux et de crosses de fusils de luxe.

Le bois d’Orme

Le bois d’orme peut être originaire d’Europe, d’Amérique du Nord ou du Japon. Les propriétés peuvent être différentes en fonction du type d’arbre : orme champêtre, orme blanc d’Amérique, orme lisse, orme du Japon, orme de montagne… Globalement, le bois d’orme a une très bonne durabilité et une excellente résistance au froid et à l’humidité. Bois particulièrement stable lorsqu’il est sec, l’orme est agréable à travailler pour les professionnels du bois.

Les utilisations du bois d’orme sont principalement : les menuiseries intérieure et extérieure, les escaliers, la confection de meubles…

Le bois de Padouk

Très présent dans de nombreux pays d’Afrique, le bois de padouk est un bois exotique apprécié pour sa couleur rouge vif qui donne une teinte originale. Très durable, le bois de padouk résiste à l’eau comme aux nuisibles, ce qui en fait un excellent bois pour l’extérieur. Bien qu’il ne nécessite aucun traitement pour sa durabilité, il est possible d’enduire le bois de padouk d’un conservateur pour préserver sa couleur d’origine.

Les principaux usages du bois de padouk sont : les terrasses, le parquet, la charpente, les escaliers, les menuiseries intérieure et extérieure. Le bois de padouk est très prisé dans la construction navale.

Le bois de Palmier

Avec plus de 2500 espèces, le palmier est très répandu dans le monde. Le palmier n’est pas un arbre. Pourtant, son tronc — appelé stipe — est travaillé avec le même savoir-faire qu’un arbre classique. Les professionnels du bois apportent toute leur expertise pour transformer le bois de palmier qui est très difficile à travailler de par sa nature fibreuse. Considéré comme un bois exotique atypique, le bois de palmier supporte difficilement le froid et s’acclimate plutôt de sols pauvres et secs. Peu travaillé en France, il requiert tout le savoir-faire d’un professionnel du bois qui possède de larges connaissances sur les essences de bois atypiques.

Les principales utilisations du bois de palmier sont : l’ébénisterie et la fabrication de meubles.

Le bois de Pin sylvestre

Très présent en Europe, le pin sylvestre est un résineux qui résiste aux températures très froides et qui se satisfait de sols pauvres en minéraux. De ce fait, il est répandu en Sibérie comme le mélèze. Moyennement durable sans traitement, le bois de pin sylvestre est pourtant multi-usages, car on en dispose en grande quantité.

Les usages du bois de pin sylvestre sont : la menuiserie extérieure, la menuiserie intérieure, le parquet, le contreplaqué, la charpente, la fabrication de meubles…

Le bois de Rose

Originaire d’Amérique latine, le bois de rose est associé aux espèces Dalbergia. Reconnaissable à sa couleur rose, le bois de rose offre une déclinaison de couleurs rosées en fonction de l’espèce de dalbergia. Bois durable, il est résistant aux nuisibles ainsi qu’à l’eau. Le bois de rose perd sa teinte éclatante au fil des ans donc il nécessite un entretien particulier de conservation bien connu par les professionnels du bois.

Les usages du bois de rose sont surtout : l’ébénisterie de luxe, la fabrication de meubles et d’objets du quotidien ainsi que la marqueterie.

Le bois de Sycomore

Le sycomore est un érable qui se trouve couramment entouré de hêtres et de sapins. Considéré comme un bois noble, le bois de sycomore est très recherché, car il est esthétique et facile à travailler. Moyennement durable, le bois de sycomore est élastique et souple.

Les usages du bois de sycomore sont les suivants : ébénisterie, fabrication de meubles et d’instruments de musique.

Le bois de Teck

Originaire d’Asie, le bois de teck est très prisé en France pour ses nombreuses qualités. Le teck est un bois exotique qui a la particularité de résister aux aléas climatiques, aux traitements chimiques autant qu’aux nuisibles en tout genre. Bois d’une très grande durabilité qui ne se déforme pas dans le temps, le teck est facile à travailler, ce qui en fait une essence très convoitée. Très prisé pour des usages en extérieur grâce à ses multiples qualités exposées précédemment, il n’en reste pas moins un bois très adapté à l’aménagement intérieur.

Les utilisations les plus courantes du bois de teck sont : les menuiseries intérieure et extérieure, les terrasses, le parquet, la fabrication de meubles, les escaliers, le mobilier d’extérieur et les volets roulants.

Une attention particulière doit être portée à la provenance du bois de teck, car celui issu des plantations est souvent de bien moindre qualité que celui issu de forêts naturelles.

 

Vous avez remarqué que certaines essences d’arbres regroupent des usages similaires et des caractéristiques proches. De ce fait, pour sélectionner le bois le plus approprié à votre projet, nous vous conseillons de vous orienter vers un professionnel du bois qui saura vous expliquer toutes les subtilités concernant telle ou telle essence de bois.

Jetez vos enceintes de salon…la vraie enceinte invisible est là ! Les salons professionnels réservent de belles surprises. Au salon Exphotel de Bordeaux, nous avons rencontré Absolut’sound la société innovante qui apporte des solutions de sonorisation invisibles pour des décorations de qualité.

Le son est invisible. Pourquoi l’affubler de supports qui, même très design, sont par nature disgracieux ?

produit Français
idée lumineuse
Artisan

La vraie enceinte invisible de Absolut’sound

Vous le savez, pour Bois-mania, le bois est chaleureux par nature.

Il n’y avait qu’un pas pour que cette technologie innovante suscite toute notre attention. L enceinte invisible d’Absolut’sound se marie parfaitement avec le bois bois. Elle sollicite tous vos sens pour une expérience quotidienne irremplaçable, l’ouïe, la vue, le toucher, l’odorat, il ne manque que le goût… Mais grâce à la personnalisation, vos enceintes seront à votre goût….

Nous avons rencontré Bastien l’un des deux co-fondateurs d’Absolut’sound.

 

Qui êtes vous?  Votre organisation?

Nous sommes 2 associés passionnés par le son. Depuis 2013, nous trouvons des solutions de sonorisation adaptées aux particuliers grand-public et aux professionnels (collectivités, bar, restaurants, hôtels, et lieux d’accueils au public, spas et Ehpad).

Nos solutions utilisent une technologie diffusion sonore révolutionnaire qui fait micro-vobrer les matériaux.  Elles permettent de diffuser un son de grande qualité à partir de tout support utilisé dans la construction ( placo-plâtre, miroirs, bois, corian…)

Notre valeur ajoutée est de rendre accessible et simple l’équipement de solutions – souvent haut-de gamme, pour nos clients.

Nous sommes attachés à l’artisanat et au développement local. Les partenaires technologiques sont des sociétés Françaises du sud-ouest et de l’ouest de la France.

devinez ou sont les enceintes invisibles

Décrivez-nous le profil type des utilisateurs de vos enceintes invisibles?

 

La technologie est plutôt universelle et s’adresse à tous. En revanche, les attentes des particuliers et des professionnels sont différentes ( ex Home-cinema ou sonorisation) que l’on soit particulier ou professionnels, nous pensons que les usages sont différents.

Même si, elle est totalement justifiée pour la construction ou la rénovation, de nombreux clients, conquis par la technologie, attendent des solutions sans contrainte d’installation technique.

Les particuliers, par exemple, peuvent écouter leur son favori grâce à des solutions « nomades » et indépendantes de la structure du bâtiment (par exemple cachés derrière leurs tableaux (cadres américains), sous forme de  « totems design » dédiés au son). D’autres solutions non intégrées au bâti, utilisent les meubles ou l’intégration dans tout type de mobilier (tables, fonds de bibliothèque, dossiers de canapés, armoires, têtes de lit…)

 

Les solutions pour les professionnels sont souvent intégrées en amont par l’architecte du projet et s’intègrent partout pour se faire oublier.

Nous en profitons pour vous citer quelques projets emblématiques et vous invitons à nous écrire si vous avez trouvé l’emplacement à l’origine du son J: Bar à vin l’ArtNoa à Anglet, La Maison Blanche à Hossegor, Grand-hôtel Dieu à Lyon, Maison Marie à Paris 75005, Spas de l’hôtel du Palais à Biarritz (cabines de spa et sous l’eau)…

 

Les maisons de retraite sont aussi attentives aux bénéfices de nos solutions. Les EHPAD (d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, par leur vocation à la fois médicale et d’établissement d’accueil recherchent la douceur et l’uniformité des sons des enceintes silencieuses. Elles peuvent être installées à la fois  dans les parties communes pour une sonorisation globale et dans les chambres pour que chaque pensionnaire sonorise sa chambre dans la tête de lit.

 

Qu’elle est votre contribution au développement du bois?

Le son est produit par la matière – pas de matière, pas de son.

On le fait chanter, le bois devient instrument de musique pas micro-vibrations.

Nous valorisons le bois local des landes. Il faut effectivement sélectionner les matériaux les plus adaptés à une diffusion de qualité. Par exemple, le pin ou l’épicéa raisonnent très bien… comme par hasard le médium ne fonctionne pas … Les bois exotiques très durs ne présentent pas de capacité suffisante de résonnance.

 

Le design c’est bien, et la technologie ?

Les solutions esthétiques des enceintes invisibles, permettent aussi de répondre aux demandes de configurations techniques les plus exigeantes. Pour la stéréo, il faut 2 surfaces de résonnance…. et nous pouvons aller jusqu’au Home-cinéma avec le Dolby-Atmos (5.2.4). Pour les solutions multi-room et les caissons de basse, nous travaillons avec Yamaha qui nous fait confiance depuis le début. Yamaha est un expert du son depuis 150 ans. Ils construisent tous les instruments de musique ( sauf le pipeau et le triangle 😊). Ce sont les inventeurs du multi-room et depuis 2019 innovent avec le home cinéma en utilisant l’intelligence artificielle (AI). Et aujourd’hui ce sont les seuls à diffuser le son en très haute résolution (HI-RES)

Plus les surfaces sont grandes plus l’effet est Whaou !  Par exemple, une petite surface 70X70 suffira pour une salle de soin.  Un tableau d’1 m par 2m permet de sonoriser 25 m3 mètres.

 

La force de la solution est de bousculer notre façon d’écouter la musique : proche ou éloigné de la surface le son homogène en qualité et en puissance.

 

Selon vous quels sont les enjeux et les futurs usages pour les utilisateurs du bois?

Le bois est dans l’air du temps, il est écologique et responsable. D’autant plus que nous privilégions la filière courte avec du bois des landes. Par nature, les solutions Absolut’sound, intégrées à des matériaux nobles et éco-responsables ont recours à moins de produits polluants.

 

Les problématiques de réduction d’espace et de gain de place seront des sujets importants pour les consommateurs dans les années à venir.

 

Quels sont vos projets à venir ?

Sans les dévoiler en détail, nous travaillons sur plusieurs projets d’hôtels et de spas en France en France et des agenceurs sur bordeaux.

Nous souhaitons nous développer en France avec des partenaires architectes, agenceurs, décorateurs…

Ce qui est passionnant, c’est que chaque projet est unique. Notre objectif premier est de faire découvrir cette nouvelle façon d’écouter la musique. Et ensuite est de devenir la référence du haut de gamme sur mesure.

Nos engagements sont de travailler avec des acteurs locaux, aussi bien pour les bois des landes que pour les éléments techniques, fabriqués dans le sud-ouest, sur le bassin d’Arcachon.

Pour Bois Mania, Absolut’sound répond à notre volonté de développer les usages du bois, même dans les domaines ou il n’est pas attendu. Leurs solutions devraient satisfaire tous ceux qui pensent « Pour vivre heureux vivons cachés » sans sacrifier la qualité de leurs prestations.

Et en plus ils sont Français et fidèlement implantés dans leur territoire…

 

Vous pouvez retrouver les tableaux américains et les enceintes invisibles d’Absolut’Sound en commande ici.

Pour des installations professionnelles, intégrées au bâti, ou qui nécessitent des études techniques vous pouvez remplir notre formulaire ICI ou contacter Absolut’sound en leur parlant de bois-mania.com

J’ai rencontré le fondateur passionné de Puzzle 3d en bois. Le parcours de David fait le lien permanent entre artisanat et haute technologie.

produit Français
Artisan

Puzzle 3D est né de la conjonction de multiples compétences et aspirations.

Tout commence par la mécanique, la base pour concevoir des assemblages complexes. Ancien mécanicien Automobile reconverti après une maladie professionnelle, David s’est orienté dans une formation informatique. Formation essentielle qui lui a permis de rejoindre sa volonté de créer dans une activité artisanale.

Les premiers produits étaient des supports de cigarette électronique, puis rapidement des véhicules en bois. La première étape, était d’utiliser et adapter des plan existants puis de construire ses propres plans Notamment pour les produits iconiques français : 2 CV, 4 L…

 

Comment combiner les dernières techniques avec des matériaux traditionnels comme le bois ?

Puzzle 3D utilise la découpe laser et la sublimation.

La technologie laser permet de créer des formes complexes (par ex rondes) et extrèmement précises. C’est très utile notamment pour pouvoir envisager des productions en série;

Si les puzzles 3D finis, sont précis et issus d’un processus artisanal, ils sont le résultats de multiples choix: Les bois utilisés sont des bois reconstitués compatibles avec les machines numériques. Le bois rentre donc dans un cycle de  à la valorisation des déchets.

Le bois massif serait trop fragile car les pièces sont trop petites et le veinage naturel du bois les rendrait fragiles dans le temps.

L’Isorel utilisé pour ces fabrications est le matériau idéal. Il se présente sous forme de panneaux de fibres dures de bois transformées sous haute pression. Le procédé de fabrication par voie humide ne nécessite aucune adjonction de colle synthétique. Il est donc sain. Les fibres qu’il contient ne génèrent pas d’échardes. Il est donc adapté aux enfants.

 

Décrivez-nous le profil type des utilisateurs de vos services et/ou produits ?

pour les familles

Les puzzle 3D font partie de la catégorie des jeux de constructions. Ils plaisent avant tout aux familles : cadeaux pour enfants, jeunes pour les objets de décoration, grands-parents.

Ils font appels à des qualités d’analyse et de dextérité et valorisent les activités manuelles. Pour tous, les Puzzle 3D produits facilitent les croisements entre générations. Chacun y trouve les produits qui ont un écho pour eux…..

Nos clients recherchent l’originalité et le décoratif car ils peuvent personnaliser certains modèles

Pour les entreprises

Les entreprises trouvent dans nos produits des applications infinies : objets publicitaires (cadeaux d’entreprise….) et PLV ( Publicité sur le lieu de vente) grâce par la personnalisation

 

Quels sont vos produits préférés ?

Ils me plaisent tous mais j’ai un faible pour le Hot road, le hibou et la 2cv

 

Quels sont vos projets à venir

Nous souhaitons toucher une clientèle plus large en participant à des salons plus importants

Toujours en recherche d’innovation je vais tester une Imprimante UV pour remplacer la sublimation

Puzzle 3D

Découvrir et acheter

Puzzle en 3 dimension Video vespa