Habitat Nomade en bois

Bois-mania s’intéresse à tous les moyens de choisir votre habitat nomade en bois. Roulotte, tiny-house, mobil-home, yourte… Il existe une multitude d’habitations écologiques mobiles, qui se démontent ou se déplacent plus ou moins facilement. Si l’aventure vous tente, il faut tenir compte aussi d’une réglementation pas toujours facile à appréhender.

Habitat nomade, habitat léger de loisir : tentative de définition(s)

Selon le code de l’urbanisme, toute installation supérieure à 3 mois doit être déclarée en mairie, qu’il s’agisse d’une habitation, d’une serre, d’une caravane, d’un mobil-home ou d’une piscine hors-sol. Cette durée peut être continue ou non.

Lorsque l’habitat léger fait moins de 20 m², une simple déclaration préalable en mairie suffit, au-delà vous devez déposer un permis de construire.

La loi ALUR de 2015 a mis fin au vide juridique entourant l’existence de l’habitat dit léger. Pour être considéré comme tel, l’habitation doit :

  • être démontable et ne comporter aucun élément inamovible (extérieur ou intérieur) ;
  • pouvoir être installée sans engins lourds (grue, camion…) ;
  • être raccordée aux réseaux d’eau, d’électricité et d’assainissement collectifs s’ils desservent le terrain d’installation ;
  • être conforme aux normes de sécurité notamment incendie.

Les communes peuvent définir des terrains où ces habitats légers sont autorisés, généralement en zone urbaine, mais aussi dans des « pastilles » situées en zones non constructibles.

La loi ALUR reconnaît également la possibilité d’utiliser ce type d’habitat comme résidence permanente et principale, dès lors qu’elle respecte le cahier des charges défini plus haut et qu’elle a été autorisée par la mairie.

Bon à savoir : Résidence mobile de loisir, habitation légère de loisir, habitat mobile…

On confond souvent tous ces termes alors qu’au regard de la loi, ils désignent des habitations bien différentes. La résidence mobile de loisir est un véhicule terrestre habitable mobile, mais que le code de la route interdit de circuler : c’est le mobil-home, qui ne peut être déplacé que par convoi exceptionnel dûment autorisé. L’habitation légère de loisir (HLL) désigne les chalets et bungalow sans roues et sans fondations, mais démontables et déplaçables. Enfin, l’habitat mobile est une caravane, une roulotte ou un camping-car.

Différents types d’habitat nomade en bois

Les yourtes

Ces tentes à ossature bois sont inspirées de l’habitat traditionnel des régions d’Asie Centrale (Turkménistant, Ouzbékistan, Kazakhstan, Mongolie…). Habitation nomade mais montée pour plusieurs mois (une saison pastorale, à l’origine) et donc facilement utilisable de manière sédentaire.

Il est possible d’élever une yourte sur un terrain privé sans avoir besoin de permis (si la surface est inférieure à 20 m²).

Les tipis

Plus légers que les yourtes, les tipis sont des tentes de forme conique montée sur des perches de bois. On les rencontre en Amérique du Nord, mais aussi en Sibérie et au Québec où ils s’appellent wigwams. La ventilation est assurée par une ouverture au sommet du cône. Les pieux étaient à l’origine recouverts de peaux de bêtes et aujourd’hui de toile résistante aux intempéries. Facile à monter et à démonter, le tipi est l’habitat nomade par excellence.

Les roulottes et tiny-houses

Les roulottes étaient à l’origine des remorques en bois à deux roues tractée par des animaux, puis par des véhicules motorisés. Surtout utilisée au début par les artistes itinérants et notamment les cirques, elle a été remplacée par les caravanes plus modernes. On trouve désormais beaucoup de roulottes installées dans les campings comme des mobil-homes. La roulotte reste un véhicule de voyage, destiné à une occupation saisonnière ou une annexe.

D’une surface souvent inférieure à 20 m², les tiny-houses ou « petites maisons » sont construites en bois et isolées avec des matières écologiques (laine de bois, chanvre, coton…). Comme les roulottes, elles sont mobiles puisqu’elles sont posées sur un châssis muni de roues, mais les tiny-houses sont plutôt destinées à être habitées de manière sédentaire. La roulotte est souvent avec un toit arrondi, tandis que la tiny-house est d’allure plus contemporaine avec un toit à double pente ou plat. Autre différence notable : la hauteur sous plafond de la tiny-house est plus importante que dans la roulotte.

Les mobil-homes et chalets en bois

De plus en plus de fabricants d’habitations légères de loisirs proposent des mobil-homes, chalets et caravanes en bois. Adaptés pour les résidences secondaires, ces logements sont de plus en plus utilisés comme habitation principale. La légèreté du matériau permet en effet de construire ces mobil-homes sur le modèle des maisons à ossature bois, en les fixant sur un châssis mobile. L’avantage : le bungalow est beaucoup mieux isolé et peut être utilisé toute l’année. Certains peuvent même s’acheter en kit, à monter soi-même.

Le proto-habitat, un habitat nomade et écologique

Deux architectes français, Flavien Menu et Frédérique Barchelard, ont conçu un logement nomade et écologique en bois, présenté fin 2020. Ce « proto-habitat » va au-delà du concept de tiny house, puisqu’il s’agit d’une maison de 75 m² avec un jardin d’hiver sur le toit. Sa particularité : être démontable et modulable grâce à un système de caisson. Il suffit d’ajouter ou d’enlever un caisson de mur pour modifier l’aménagement intérieur. Même sans fondations, le proto-habitat est cependant un vrai bâtiment, qui peut s’installer et se démonter en 5 jours sur une parcelle louée… et être déménagé au gré des besoins ou des envies. Enfin, cet habitat est construit avec du bois local, du pin Douglas, du chêne et du peuplier.

 

Découvrez nos autres articles sur l’habitat nomade ou l’habitat alternatif

Habitat atypique

Les studios de Jardin innovants de Kitea

 

0 Commentaires/par