Habiter une cabane

Habiter une cabane

Habiter une cabane

Les cabanes en bois sont synonymes de grands espaces, de liberté et de nature. Écologiques et authentiques, ces maisons tout en bois ne cessent de séduire comme habitat alternatif pour une résidence secondaire ou principale, ou en simple annexe dans le jardin. Et pour pousser la logique jusqu’au bout, certaines s’installent même dans les arbres.


Les différents types de cabanes

Le chalet en bois, la première cabane connue

Maison typique des régions froides et montagneuses, les chalets sont des constructions en bois utilisées depuis la nuit des temps par les hommes. On a toujours l’image des chalets au voisinage des pistes de ski, mais aujourd’hui le chalet s’installe en plaine et même dans les régions ensoleillées.

De plus en plus, les chalets en bois sont proposés en kit, à monter soi-même et bénéficient d’une isolation performante. Le signe distinctif du chalet : être constitué de bois, à l’intérieur comme à l’extérieur. Si la technique ancestrale est celle des madriers ou rondins bruts empilés, certains fabricants proposent aussi des chalets en ossature bois. Traditionnellement, le chalet se termine par un toit en pente.

C’est aussi le format idéal pour un studio de jardin qui offre un espace de vie supplémentaire : studio annexe, bureau pour le télétravail, salle de jeu, pool house… ou simple atelier pour bricoler ou ranger des outils.


chalet en bois

Habiter une cabane

Le pod, une cabane en bois aux formes arrondies

Le pod est une habitation en bois dont la particularité est d’avoir un toit de forme ovale. Surtout proposé dans les campings ou comme studio de jardin, il peut aussi être utilisé comme résidence. Certains sont agrémentés d’une cuisine, d’une salle de bains et de toilettes. Les rondeurs apportent beaucoup de chaleur et une atmosphère très cosy à cet habitat léger. Son avantage : une surface inférieure à 20 m², ce qui le dispense de permis de construire.

Le pod se construit sur une dalle béton afin de répartir le poids de la structure sur le sol et les parois sont en bois massif, madriers ou rondins. Concept anglais, le pod s’est répandu en Europe et notamment en France. Les cabanes forestières, version XXL du pod, peuvent accueillir une famille entière, avec une surface deux fois plus grande que le pod classique.


Star des hébergements insolites, la cabane dans les arbres

Très populaire dans les recherches d’hébergements insolites pour un week-end ou plusieurs semaines, les cabanes perchées dans les arbres peuvent aussi servir de résidence. Certains constructeurs proposent désormais des cabanes à construire dans les arbres qui sont de véritables maisons.

Construites en planches de bois massif ou en ossature bois, la légèreté est le maître mot de ces habitations. Leur inconvénient principal est l’eau et l’assainissement, car il est difficile d’acheminer l’eau courante et d’évacuer les eaux usées. Des toilettes sèches peuvent permettre de pallier aux urgences, mais pour la douche, la vaisselle et la lessive, il faudra envisager un abri « terrestre ».

Techniquement, le principe est d’adapter la cabane à l’arbre (et non l’inverse) : sa construction demande donc un certain savoir-faire. Il est possible de compléter la stabilité par des pilotis, si la hauteur le permet.


Habiter une cabane

Habiter une cabane

Habiter une cabane

Quelle réglementation pour construire une cabane en bois ?

La cabane : une habitation légère de loisir

Les chalets, cabanes, pods et autres constructions du même type sont assimilées à des habitations légères de loisirs (HLL), au même titre que les mobil-homes par exemple.

Si votre cabane a une surface habitable supérieure à 20 m², vous devrez déposer un permis de construire en mairie. Pour une superficie comprise entre 5 et 20 m², une déclaration préalable de travaux suffit. Cette réglementation s’applique aussi aux abris de jardin et cabanons d’outillage.

Bon à savoir : Dès lors que vous déposez une autorisation d’urbanisme (permis ou déclaration), votre construction sera soumise à la taxe d’aménagement (improprement parfois nommée « taxe abri de jardin »). Il s’agit en fait d’un impôt à payer une fois pour toute nouvelle construction supérieure à 5 m² et d’une hauteur sous plafond de 1,80m. Elle est calculée en fonction de la surface de plancher, d’un taux voté par la commune et le département et d’une valeur forfaitaire du m².

Les cabanes dans les arbres ne peuvent être normalement installées que sur un terrain de camping, un parc résidentiel de loisirs ou un village de vacances. Elles peuvent aussi être aménagées sur le domaine privé dans les dépendances des maisons familiales de vacances, selon la réponse ministérielle du 31/12/2015. En dehors de ces cas, les cabanes sont soumises à la réglementation classique des constructions évoquée plus haut. Attention, dans certaines zones protégées ou naturelles, ce type d’habitation ne sera pas possible ou soumise à l’avis de la commission départementale des sites, perspectives et paysages.


Boutique bois-mania

La Boutique Bois-mania c’est plus de 700 références et idées cadeaux. Selon les produits des possibilités de personnalisation. Meubles en bois , jouets en bois , accessoires , art-de-vivre, décoration…


Construire une cabane en zone constructible ou non constructible

Si vous possédez une parcelle forestière et que vous comptez y construire une cabane, soyez vigilant : si aucune construction n’existe déjà, vous n’avez pas le droit d’y élever une habitation permanente, c’est-à-dire occupée plus de 8 mois dans l’année. Seule exception : votre cabane doit être autonome en eau, en énergie et en assainissement et ne pas reposer sur des fondations en dur. Ces conditions ne vous exonèrent pas d’une autorisation d’urbanisme en rapport avec la surface de la cabane envisagée. Dans tous les cas, celle-ci est considérée comme une habitation légère de loisir.

Les zones agricoles sont aussi réglementées et ne peuvent en général pas accueillir de bâtiments d’habitation, en dehors de ceux nécessaires à l’exploitation.

Les seules parcelles non constructibles sur lesquelles vous pouvez élever un habitat alternatif ou de loisir sont des zones aménagées par les mairies et appelées « pastilles ». Le zonage est prévu dans le PLU (plan local d’urbanisme), mais ces espaces sont encore rares.

Construire une cabane en zone constructible est plus simple et libre, sous réserve de respecter les procédures d’autorisation et la réglementation d’urbanisme. Sur le PLU, les terrains constructibles se trouvent dans les zones urbaines (U) ou à urbaniser (aU).

Retrouvez nos articles sur l’habitat atypique