Maison à ossature bois: les finitions

Maison à ossature bois: les finitions

Après la pose de l’ossature et de la toiture de notre maison en bois, le chantier n’est pas terminé pour mettre la construction hors d’air et hors d’eau. Il faut encore installer les portes et les fenêtres, puis recouvrir les parois d’un revêtement. Après, les artisans nous laisseront la place pour le second œuvre.

Les menuiseries de la maison à ossature bois

Les points de vigilance concernant les portes et fenêtres

Les portes et fenêtres d’une maison en bois sont les mêmes que celles d’une construction traditionnelle. La pose recommandée en ossature bois est dite « en tunnel », c’est-à-dire que la fenêtre se trouve dans l’épaisseur du mur. Dans certains cas, les parois des ossatures bois peuvent être posées avec les menuiseries déjà intégrées, mais cela nécessite des engins de levage beaucoup plus performants.

Le point le plus délicat en ce qui concerne les menuiseries est celui de l’étanchéité, non seulement à l’eau, afin de préserver l’ossature, mais aussi à l’air, pour garantir les performances énergétiques de la maison. Certains fabricants proposent des blocs-baies spécifiques aux MOB avec un pré-cadre qui simplifie la pose et harmonise le cadre avec le revêtement extérieur.

 

Notre choix : de l’alu double vitrage

Nous avons choisi des huisseries en aluminium gris anthracite, pour aller avec le bardage bois gris clair. Après avoir expérimenté tour à tour le bois puis le PVC, nous avions envie de passer à la gamme au-dessus. De plus, nous avons de grandes baies vitrées qui nécessitaient des ouvrants de bonne qualité. Les coffres de volets roulants ont été intégrés directement dans l’ossature bois, au-dessus de chaque ouverture.

C’est le charpentier qui a fabriqué l’ossature bois qui a commandé et posé les menuiseries. Pour la finition, nous avons opté pour un habillage en alu laqué de la même couleur que les huisseries, ce qui nous évitait d’avoir à faire des découpes pour les embrasures (par économie, nous avons en effet effectué la pose du bardage nous-mêmes).

Pour une maison passive, le triple vitrage peut être recommandé, mais nous en sommes restés au double pour des raisons financières. En revanche, nous allons sûrement équiper la maison de brise-soleil pour réguler la température intérieure en été sans avoir besoin de fermer les volets.

 

fenetres de maison à ossature bois

 

Pour rester dans le même esprit, les descentes de gouttière et le conduit de cheminée ont été choisis en zinc noir ou anthracite, ainsi que les cornières de finition.

Le revêtement extérieur de la maison en bois

Contrairement à ce que l’on pense souvent, ce n’est pas parce que l’ossature est en bois que le revêtement extérieur l’est forcément. La première maison que nous avions louée, également construire en ossature bois, était recouverte de panneaux de bois recouverts d’enduit, de sorte qu’au premier abord elle ressemblait à une construction traditionnelle.

 

Le bardage en bois

Le bois naturel donne un cachet authentique à l’habitation. Il résiste à la chaleur et aux intempéries, il peut être peint de la couleur souhaitée. Le bois massif a tendance à devenir gris avec le temps, il nécessite un traitement et un entretien régulier (lasure tous les 3 à 5 ans). Les lames peintes demandent moins d’entretien (peinture tous les 10 à 20 ans). On trouve aussi du bois broyé mélangé à de la résine et du lamellé-collé.

Le bois traité est plus résistant et ne nécessite presque pas d’entretien. Le traitement peut être thermique (rétification) ou par application d’un produit spécifique : on parle dans ce cas de bois autoclave. Nous avons choisi des lames en épicéa traitées à coeur avec un saturateur microporeux et une protection anti-UV. Sa couleur gris-argent, proche du bois vieilli, nous évite d’avoir à le lasurer.

Le bois est aussi utilisé sous forme de bardeaux, c’est-à-dire des petites planches assemblées formant comme un tuilage. De plus en plus, le bardage se pose à claire-voie, à la verticale, permettant aussi de créer des brise-soleil pour protéger les façades.

Enfin, il existe des panneaux de contreplaqué spécialement conçus pour le revêtement extérieur.

 

Les revêtements composites ou métalliques

Les lames en PVC ou en résine sont peu chères et plus simples à entretenir, mais surtout elles se conservent mieux. En revanche, elles sont plus salissantes et les couleurs peuvent passer (surtout les sombres). La pose est la même que pour un bardage en bois.

La fibre de ciment est constituée aussi de cellulose et de silice, elle se pose très simplement et est très résistante, mais elle est peu écologique.

Le bardage en zinc ou en métal est de plus en plus utilisé pour les maisons en bois contemporaines, le matériau résiste très bien aux intempéries, à la chaleur et à la corrosion.

 

Les revêtements en enduit

L’enduit est appliqué sur des plaques de polystyrène ou des panneaux de fibre de bois. Il y a plusieurs types d’enduits :

  • Le crépi est un bon isolant thermique qui résiste aux intempéries et à l’humidité. Proposant un large choix de coloris, il s’entretient facilement. Par contre, il peut se fissurer avec le temps. La pose est la même que pour une construction en maçonnerie : taloché, vieilli, gratté ou projeté.
  • La chaux, de préférence hydraulique naturelle, garantit une bonne étanchéité tout en laissant le bois respirer.
  • Le torchis est composé de terre, de copeaux de bois, de sable ou de paille). Peu onéreux, c’est un très bon isolant écologique.

 

 

 

Début août 2019, la maison à ossature bois est hors d’air et hors d’eau, trois mois après le commencement des travaux. Les huit semaines suivantes ont été consacrées à poser les cloisons, les plafonds et le carrelage du rez-de-chaussée, à installer l’électricité et la plomberie. Tout était presque prêt pour le déménagement, le premier week-end d’octobre.